318 millions d’euros pour les bourses, la gauche l’a fait

En 2013, les inégalités sont toujours bien présentes, notamment chez les jeunes. La reproduction sociale est une réalité lorsque 7 enfants de cadres sur 10 exercent un emploi d’encadrement pendant que 7 enfants d’ouvriers sur 10 exercent un emploi d’exécution. Lutter contre ces déterminismes sociaux c’est faire un choix de société : celui de l’égalité et de la réussite pour tous. C’est ce que qu’ont fait François Hollande et le gouvernement en juillet 2013 en décidant d’augmenter immédiatement le montant et le nombre des bourses sur critères sociaux : 55000 étudiants recevront 100 euros par mois et 30000 étudiants voient leur bourse revalorisée de 15%.

La gauche a d’abord sécurisé les financements du 10ème mois de bourse en 2012-2013 (le gouvernement Fillon n’avait pas prévu les fonds nécessaire dans la loi de finances), et augmenté leur montant de 2,1%, ce qui représente 162 millions d’euros au total.

Pour les rentrées 2013 et 2014, le gouvernement a prévu d’investir 318 millions d’euros qui bénéficieront en priorité à 100 000 jeunes en formation.

Dès septembre 2013, 2 nouveaux échelons de bourses sont créés. Pour lutter contre le cumul job-études qui sévit particulièrement chez les jeunes ne bénéficiant pas d’aide financière (boursiers échelon 0 exonérés des frais d’inscription dans l’enseignement supérieur), un échelon 0bis est créé. 40% des boursiers échelon 0, soit 55 000 étudiants, recevront 100 euros par mois.

Parmi les boursiers échelon 6 seront aidés les jeunes dont les parents ont les revenus les plus faibles, voire sans revenus, ces situations s’étant renforcées depuis la « crise » économique et l’augmentation des licenciements. Ainsi, 30 000 d’entre eux bénéficieront de 550 euros par mois au lieu de 470 euros auparavant, c’est une revalorisation de 15% pour la création de ce 7ème échelon.

De plus le gouvernement va financer 1000 allocations supplémentaires pour les jeunes en rupture familiale, portant leur nombre à 7000. Ces allocations correspondent au Fonds National d’Aide d’Urgence, créé spécifiquement en 2008, réunissant allocation d’études et aides d’urgence dans un même fonds géré par les services sociaux des Centres Régionaux des Œuvres Universitaires et Scolaires (CROUS). C’est la partie Annuelle (FNAU-A) et non ponctuelle (FNAU-P) qui va ici être augmentée. Ces aides annuelles équivalentes aux bourses permettent aux jeunes en situation d’autonomie avérée de bénéficier d’une aide après l’examen d’une commission d’assistantes sociales.

Les nouvelles aides apportées par le gouvernement seront des équivalents d’échelon 5, 6 ou 7, ce qui signifie une attention particulière aux étudiants dans les situations les plus dures.

Enfin, le gouvernement revalorise également l’ensemble des bourses de 0,8% pour tenir compte de l’inflation et préserver le pouvoir d’achat des 600 000 étudiants boursiers.

En 2014, 210 millions d’euros supplémentaires seront investis.

Par ces 4 mesures dès 2013 (échelon 7, soit 15% de revalorisation des plus modestes; échelon 0, soit 100 euros par mois pour 55 000 étudiants ; 1000 allocations supplémentaires pour les jeunes en rupture ; une revalorisation globale de 0,8%) la gauche change concrètement le quotidien des jeunes et améliore la démocratisation de l’accès à l’enseignement supérieur. Le gouvernement fait le choix de la Priorité Jeunesse.

Préparez le changement: restez informés!

Commentaires

Soyez le premier à réagir !

Réagissez !

Vous devez être connecté pour rédiger un commentaire.