Retraites : des mesures justes mais un désaccord sur la durée de cotisation

Le Premier Ministre Jean-Marc Ayrault annonçait mardi 27 août après consultation des partenaires sociaux ses arbitrages concernant la réforme des retraites. Les Jeunes Socialistes se félicitent tout d’abord de l’écoute accordée aux organisations du mouvement social, en rupture avec la méthode appliquée par la droite en 2010. Les Jeunes Socialistes saluent les mesures de justice introduites par cette réforme.

  • La mise en place du compte pénibilité dès 2015, permettra aux salariés exerçant un métier pénible de cumuler des points pour gagner un trimestre de retraite, de temps partiel ou de formation. Cette mesure sera financée directement par les entreprises, ce qui les incitera à améliorer les conditions de travail.
  • Les salariés à temps partiel pourront valider un trimestre de cotisation à partir de 150 heures de travail rémunérées au SMIC et plus contre 200 heures actuellement. Cette mesure bénéficiera en premier lieu aux femmes, principales victimes du temps partiel subi.
  • Les apprentis valideront un trimestre par trimestre travaillé, ce qui était impossible jusqu’à présent.
  • Le choix de ne pas baisser les pensions et de jouer sur l’augmentation de 0,3 points des cotisations sociales d’ici à 2017 qui, rappelons-le, sont une part du salaire, permet de dégager les 7 milliards nécessaires à l’équilibre du système d’ici à 2020.

Cependant, nous ne pouvons que refuser que la piste de l’augmentation de la durée de cotisation à 43 annuités entre 2020 et 2035 ait été retenue. L’âge moyen d’entrée dans l’emploi stable étant de 27 ans et les carrières professionnelles étant entrecoupées de périodes de chômage et de temps partiels, notre génération sera donc amenée à travailler jusqu’à 67 ans pour bénéficier d’une retraite à taux plein. De plus, les conditions de rachat des années d’étude ne pourront concerner que les jeunes issus des milieux les plus favorisés, le taux d’épargne des moins de 25 ans étant quasiment nul.

Cette réforme apporte donc des réponses justes à court terme, mais les orientations à partir de 2020 ne doivent pas être automatiques ou décidées par un conseil d’experts. Elles doivent être réajustées, en lien avec les partenaires sociaux et la représentation nationale, selon la situation économique et le niveau d’emploi dans le pays.

De plus, les Jeunes Socialistes proposent d’aller plus loin dans la réforme lors du débat parlementaire, concernant la prise en compte des années d’études dans le calcul des annuités et l’âge légal de départ à taux plein. Pour que le temps de formation ne pénalise pas la durée d’assurance, nous proposons qu’une année validée dans l’enseignement supérieur bénéficie d’un trimestre cotisé. Pour que l’âge légal de départ à taux plein à 67 ans ne pénalise plus ceux qui ont des carrières incomplètes, morcelées et qui subissent le temps partiel, qui sont la plupart du temps des femmes, nous proposons le retour à la retraite à 65ans à taux plein.

Enfin, nous invitons le gouvernement à poursuivre la bataille pour l’emploi. Lutter contre le chômage, en particulier celui des jeunes et des seniors est le seul moyen pérenne pour atteindre l’équilibre de long terme de notre système de retraites.

Préparez le changement: restez informés!

Commentaires

Soyez le premier à réagir !

Réagissez !

Vous devez être connecté pour rédiger un commentaire.