Ne faisons pas confiance au MEDEF, encadrons les salaires

Les Jeunes Socialistes étaient rassemblés ce midi devant le siège social de la Société Générale pour remettre à son PDG, Frédéric Oudéa, le prix WC – World Company 2013 pour le féliciter d’avoir augmenté son bonus de 75% en 2012 tout en supprimant 550 emplois.

Ce fut l’occasion de lancer leur campagne « Encadrons les salaires » visant à rassembler un maximum de signatures pour appeler le gouvernement à agir par la loi.  » Ne pêchons par naïveté, les patrons du CAC 40 ont doublé leurs salaires en 10 ans alors que les Français subissaient de plein fouet les effets de la crise » signale Thierry Marchal-Beck, Président des Jeunes Socialistes.

La pétition en ligne qui a recueilli en moins d’une heure plus de 600 signatures sera relayée sur le terrain par le biais d’un tract tiré à 150 000 exemplaires et diffusé par les milliers de militants du Mouvement des Jeunes Socialistes. Ils interpelleront les passants grâce à un visuel décalé démontrant qu’en une journée de travail un patron du CAC 40 gagne assez pour s’acheter une voiture alors qu’un salarié au SMIC ne peut s’acheter qu’une paire d’essuie-glaces. Un patron du CAC 40 gagne aujourd’hui en 3 mois ce qu’un salarié au SMIC gagne en 42 ans.

La campagne décline ainsi trois propositions :
– encadrement des salaires sur une échelle de 1 à 20 dans les entreprises privées
– pérénisation de la taxation à 75% des revenus supérieurs à 1 million d’euros après 2016
– interdiction des parachutes dorés, des retraites-chapeaux et des stock-options (sauf pour les entreprises naissantes)

Que les grands patrons se rassurent, ils pourront continuer à augmenter leurs salaires si ils en font de même pour leurs employés !

Retrouvez la campagne sur jeunes-socialistes.fr/encadrerlessalaires

Préparez le changement: restez informés!

Commentaires

Soyez le premier à réagir !

Réagissez !

Vous devez être connecté(e) pour rédiger un commentaire.