Lettre ouverte au Président de la République sur l’assainissement de la vie publique

Thierry Marchal-Beck a adressé le mercredi 10 avril une lettre au Président de la République sur l’assainissement de la vie publique.

Monsieur le Président,

Cahuzac, Bettencourt, Karachi, comme vous l’avez vous-même dénoncé pendant des années, ces affaires politico-judiciaires entachent notre République. Chaque jour, nous entendons la défiance des jeunes envers la politique et des élus qui ne leur ressemblent pas suffisamment, quand aucun député de gauche n’a moins de trente ans. Chaque jour, nous craignons l’abstention qu’elle traduit dans les urnes, quand cette défiance ne se traduit pas par un vote vers l’extrême droite.

Nous saluons avec force votre détermination inébranlable pour lutter contre les paradis fiscaux et vos annonces pour assainir la vie politique française. Celles qui entendent renforcer l’indépendance de la Justice, rendre obligatoire le non-cumul des mandats pour les parlementaires, lutter contre les conflits d’intérêts, porter la publication et le contrôle du patrimoine des ministres et parlementaires, interdire tout mandat public aux élus condamnés pénalement pour fraude fiscale et corruption.

Nous le portions déjà, et pour nous, cette première étape ouvre le chemin vers une 6ène République parlementaire et primo-ministérielle où le gouvernement serait responsable devant le parlement, lui laissant le soin des nominations, encadrant strictement les conflits d’intérêt afin que la voix du peuple prévale toujours sur la voix de l’argent.

Monsieur le Président, deux autres propositions peuvent venir renforcer ce futur projet de loi :

• Publions pour chaque campagne et chaque parti politique les noms des donateurs et le montant des dons supérieurs à 1000 euros, et limitons le nombre de dons pouvant être faits par un même individu afin de mettre un terme au phénomène des micro-partis.

• Cessons d’alimenter financièrement des partis politiques qui piétinent l’accession des femmes à des postes électifs en refusant d’appliquer la loi sur la parité et d’investir 50% de candidates aux différentes élections.

Le non-cumul des mandats, tant simultané que dans le temps, la parité sont des étapes nécessaires pour le renouvellement du paysage politique. La transparence de son financement est la condition indispensable à la moralisation de la vie publique. Nous n’avons rien à cacher ni à craindre, mais tout à gagner pour les jeunes de France. Monsieur le Président, nous comptons sur vous, nous serons à vos côtés dans ces conquêtes.

Thierry Marchal-Beck
Président des Jeunes Socialistes

Préparez le changement: restez informés!

Commentaires

Soyez le premier à réagir !

Réagissez !

Vous devez être connecté(e) pour rédiger un commentaire.