Le gouvernement agit pour la réussite de tous les étudiants

Après l’abrogation de la circulaire Guéant qui restreignait la possibilité pour les étudiantsétrangers diplômés de travailler en France, le rétablissement de 1000 postes supplémentaires par an pendant 5 ans et la préservation de la masse salariale pour les universités, le projet de loi d’orientation sur l’enseignement supérieur et la recherche, en ce moment débattu à l’Assemblée Nationale, porte un réel progrès pour la réussite des étudiants dans notre pays.

En effet Geneviève Fioraso a choisi de placer l’étudiant au centre de son projet de loi en donnant la priorité à l’objectif des 50% d’une classe d’âge diplômée du supérieur en 2020.

Les 20 mesures phares du projet de loi répondent à cette exigence. Certaines proviennent des propositions des Jeunes Socialistes, élaborées dans les fédérations et formulées dans leur projet pour 2012.

  • La spécialisation tardive est un gage de réussite scolaire, d’où l’importance d’un allongement de la période de pré-spécialisation. François Hollande s’était engagé lors de la campagne présidentielle à lutter contre la spécialisation précoce des étudiants. La loi va appliquer cet engagement, par la spécialisation progressive en licence et par la création d’un véritable service public d’orientation, territorialisé, de la seconde à la licence 3. Cette mesure permettra de multiplier les passerelles entre les filières, encore trop peu nombreuses.
  • La valorisation des enseignements professionnels et technologiques est une priorité. En rendant prioritaire l’accès aux filières STS des bacheliers des sections professionnelles et l’accès aux DUT des bacheliers des sections technologiques, la ministre vise la valorisation tant attendue par les jeunes de ces filières, aujourd’hui non prioritaires dans les IUT de l’enseignement supérieur correspondant à leur spécialisation.
  • La loi intègre l’utilisation des ressources numériques comme outils d’innovation et de diversification des méthodes pédagogiques afin de favoriser la réussite et l’insertion des étudiants. N’oublions cependant pas de privilégier l’usage des logiciels libres et de favoriser l’apprentissage du codage comme outil pédagogique, ce qui permettra l’appropriation des moyens numériques par chacun.

Ces avancées permettront de lutter contre les inégalités sociales, qui condamnent un nombre croissant de jeunes à l’échec scolaire. Pour maintenir le cap, les Jeunes Socialistes proposent d’aller plus loin dans le rapprochement des grandes écoles et des universités afin d’aboutir à une fusion entre ces deux entités aujourd’hui distinctes. Contre cette dévalorisation du système universitaire, la gauche doit permettre un rééquilibrage des moyens financiers qui leur sont alloués. Aussi la reconnaissance et la valorisation du doctorat afin de décloisonner l’entrée dans la haute fonction publique fait l’objet d’une mesure, allant dans le sens de la réussite de tous les étudiants.

A présent l’autonomie de tous les étudiants doit devenir une priorité. Pour cela il est essentiel de mettre en place une plus juste redistribution des richesses dans les aides sociales via la suppression de la demi-part fiscale qui bénéficie aux foyers les plus aisés et l’instauration d’une allocation d’autonomie pour tous les jeunes en formation, y compris dans le secondaire, et individualisée selon leurs revenus et leur lieu d’habitation.

Voilà les conditions pour atteindre l’objectif que les jeunes vivent mieux en 2017 qu’en 2012.

Préparez le changement: restez informés!

Commentaires

Soyez le premier à réagir !

Réagissez !

Vous devez être connecté(e) pour rédiger un commentaire.