Pratiques de l’égalité dans les mouvements européens

Le congrès des Jeunes Socialistes européens –  YES fut l’occasion, pour la journée internationale des droits des femmes, d’explorer les différentes pratiques de nos partenaires européens en matière d’égalité. Petit aperçu. 

 

Social Democratic Sweden Federation, Milischia Rezai (Suède)

« Une fois par an, nous organisons un week-end qui s’appelle le « Leadership education programme ». Il s’agit de conférences, de formations qui s’adressent aux femmes de l’organisation. C’est un lieu où nous pouvons échanger des expériences à la fois positives et aussi celles du sexisme ordinaire. Nous avons des modules qui concernent des thématiques généralistes, et d’autres qui s’attachent à combattre les inégalités. Comment on construit un réseau, comment être une femme dirigeante, comment gérer son stress lors des prises de parole… C’est très utile ! Dans le même temps, les hommes participent aussi à des séminaires sur le féminisme et la manière dont ils peuvent contribuer au quotidien à l’égalité femmes-hommes. », SSF Sweden

SDY, Nina Zivanovic  (Serbie)

« Mon organisation porte une attention particulière à la place des femmes dans le débat. Nous avons un quota qui implique que chaque genre doit compter pour au moins 30% des postes de direction. Nous partageons systématiquement les mandats de Président et Secrétariat Général entre une femme et un homme. L’éducation populaire joue aussi beaucoup pour l’égalité : nous avons une université permanente, « les samedis du SDY », qui s’adresse à tous les membres. Nous faisons particulièrement attention à aborder le féminisme dans chaque sujet, de manière transversale. Enfin, nous participons, avec notre parti, au « Forum des femmes », qui pousse les femmes à prendre des responsabilités. De manière informelle et spontanée, nous aidons les nouvelles militantes à s’insérer dans le débat lors des réunions. »

JUSOS, Bettina Schultze (Allemagne)

« Chez les Jusos tous les organes dirigeants sont paritaires. Lors de réunions publiques ou organisées par le mouvement, nous organisons la parité dans les prises de parole : un homme, une femme, un homme, une femme. Nous avons des réunions uni-genre pour discuter de nos positions mais aussi de la pratique du féminisme au quotidien, et de la prise de responsabilité des femmes dans l’organisation. De plus, se connaître aide à porter le féminisme collectivement. Mais même si la représentation égale des deux genres est cruciale, je pense que nous devons essayer d’attirer davantage de filles dans notre mouvement, qui compte beaucoup plus d’hommes que de femmes. Nous l’avons donc toujours à l’esprit lorsque l’on réfléchit, crée et mène des campagnes militantes. »

Maruschka, JS Netherlands (Pays-Bas)

« Chez JS Netherlands nous avons une pratique quotidienne du féminisme, mais qui ne figure pas dans nos statuts. Cela ne nous empêche pas d’avoir des organes de direction paritaires, ce qui est aussi le cas pour l’ensemble des conférences et ateliers que nous organisons. Nous avons lancé un « Forum des femmes », qui nous permet de nous réunir pour des diners et de rencontrer nos ainées. C’est un réseau indispensable pour que les femmes prennent la part des pouvoirs qu’elles méritent. »

MJS Belgique, David Cordonnier

« Notre parti s’intéresse beaucoup à la reproduction des stéréotypes, notamment par l’éducation, les jouets d’enfants. Le gouvernement se mobilise pour casser les stéréotypes dans le monde du travail en poussant les hommes à aller vers des métiers dits « féminisés ». Le parti a aussi établi une règle de parité parfaite sur les listes électorales (une femme un homme). »

Irish Labour, Angelina Cox (Irlande)

« Nous avons un réseau féministe au sein duquel nous nous retrouvons et organisons des actions coup de poing. En ce moment, le gouvernement veut nommer un pont à Dublin après Mickael Connelly, héros de l’indépendance du pays. Mais il y a déjà, à Dublin, une bibliothèque et un autre monument à son nom, alors nous souhaitons l’appeler « Rosie Hackett », une féministe irlandaise trop peu connue !
Nous faisons un travail collectif d’analyse des prises de parole de chacun (hommes et femmes), qui permettent à chacun de progresser. Nous avons aussi des ateliers où l’on apprend à ne pas abuser de la prise parole car il faut également changer nos codes pour pemettre aux femmes de s’imposer. »

SJO, Dutzi, Naomi (Autriche)

« En Autriche l’égalité femmes-hommes fait partie intégrante de notre fonctionnement au quotidien : nous avons, localement et nationalement, des permanents qui doivent spécifiquemet s’en préoccuper. Lors des réunions, nous calculons les temps de parole des femmes et des hommes, mais faisons aussi attention aux sujets abordés par les uns et les autres. A la fin de toutes les réunions, nous analysons la prise de parole, et essayons de comprendre ensemble pourquoi tel ou tel sujet a été abordé davantage par les hommes ou les femmes. Enfin, nous avons une règle nouvelle qui veut que, lors d’une réunion, si 4 hommes prennent la parole et aucune femme dès le départ, nous votons pour décider si l’on continue le débat ou pas. Cela peut paraître radical, mais il n’est jamais arrivé que l’on arrête le débat suite au vote. Par contre, ça permet de faire prendre conscience de l’importance de partager la parole comme les pouvoirs. »

JSC Catalunya, Javier Lopez and Arantxa Calvera (Catalogne)

« Depuis un an nous avons institutionnalisé le fait d’avoir un homme et une femme aux deux premiers postes directeurs : Président et Vice-Président. Nous préparons actuellement un programme pour l’égalité, qu’on devrait adopter au prochain conseil national. Et nous sommes intéressés par les initiatives de « La Barbe », je pense que nous allons y participer en Catalogne.
En ce moment en Espagne, le gouvernement conservateur est en train de débattre d’une loi pour recriminaliser l’avortement. Nous nous mobilisons fortement et on a déposé un recours au Conseil Constitutionnel. Ce serait un dramatique retour vers le passé que de voir cette loi adoptée, on ne l’acceptera jamais. »

Préparez le changement: restez informés!

Commentaires

Soyez le premier à réagir !

Réagissez !

Vous devez être connecté pour rédiger un commentaire.