Priorité jeunesse : des ambitions et des mesures au service des jeunes

Le comité interministériel de la jeunesse le montre à nouveau : le gouvernement met tout en œuvre pour que les jeunes vivent mieux en 2017 qu’en 2012. Après les emplois d’avenir, la refondation de l’école, les contrats de génération et l’encadrement des loyers, les Jeunes Socialistes saluent tant la méthode que le contenu des annonces du Comité Interministériel de la jeunesse.

Les mesures vont dans le sens de l’égalité, de l’autonomie et de l’insertion de tous les jeunes. Au cœur de la « priorité jeunesse » du gouvernement, l’affirmation que toute politique en direction des jeunes doit s’élaborer avec eux, sans cesse rappelée par la ministre des Sports, de la Jeunesse, de l’Éducation populaire et de la Vie associative, Valérie Fourneyron.

La gauche au pouvoir avance vers l’égalité avec la garantie universelle des risques locatifs et une mobilité européenne ouverte à tous, en formation professionnelle et étudiants, avec un effort spécifique en direction de jeunes ultramarins. Le doublement du nombre de centres de santé universitaires et les actions visant à améliorer le taux de recours des jeunes à la CMU-C et à une complémentaire santé répondront également en partie aux nombreux renoncements aux soins des jeunes. L’ouverture de négociations pour l’allocation d’études et de formation est une avancée historique pour lutter contre la reproduction sociale, et nécessitera des moyens financiers importants pour remplir ses objectifs (demi-part fiscale pour les jeunes majeurs, hausse des droits de succession).

Les Jeunes Socialistes se réjouissent du combat contre les discriminations qui s’engage, par la création de 2000 emplois francs pour les jeunes des quartiers populaires, la diversification du recrutement dans la fonction publique et la mise en place de « testing » dans l’accès des jeunes à l’emploi, au logement. Enfin, les Jeunes Socialistes saluent la détermination du gouvernement à lutter contre les contrôles au faciès. En plus des mesures de déontologie, ils en appellent à la mise en place d’une attestation de contrôle d’identité, seul moyen d’évaluer la pratique des contrôles d’identité et d’y mettre fin aux discriminations.

Alors que près de 25 % de jeunes sont au chômage, 50% dans certains territoires, c’est avec grand intérêt que les Jeunes Socialistes accueillent la mise en place de la garantie jeunes. L’alignement de son montant à celui du RSA, 483 euros, est une excellente nouvelle, comme sa continuité si le jeune accompagné trouve une formation, ou en complément de revenu s’il trouve un emploi. Pour mettre fin au bizutage social des jeunes, il faudra bientôt ouvrir le RSA socle aux moins de 25 ans chômeurs en fin de droit, et leur ouvrant également le RSA activité dont ils sont actuellement exclus. La lutte contre la précarité des jeunes bénéficiera enfin du renforcement de la réglementation des stages et de la protection des stagiaires. Les Jeunes Socialistes rappellent leur attachement à l’interdiction effective des stages hors cursus.

Enfin, les Jeunes Socialistes soutiennent la volonté du gouvernement de renforcer la représentation des jeunes dans l’espace public en valorisant l’engagement associatif, politique et syndical. Ils réaffirment leur attachement à la fin du cumul des mandats dès 2014, également gage d’inclusion des jeunes dans la vie politique.

Préparez le changement: restez informés!

Commentaires

Soyez le premier à réagir !

Réagissez !

Vous devez être connecté pour rédiger un commentaire.