Demi-part fiscale : faire les bons choix

Les Jeunes Socialistes appellent le gouvernement à dégager des marges de manœuvre financières suffisantes à la création d’une allocation d’autonomie, engagement 39 de François Hollande. Ils s’interrogent sur l’équation budgétaire actuelle, qui ne semble présenter ni mise à contribution de la demi-part fiscale ni hausse de la fiscalité sur le patrimoine.

Si nous entendons la difficulté du contexte budgétaire, le rôle de la gauche au pouvoir est bien d’aller vers plus d’égalité et d’investir dans l’avenir. Un étudiant sur deux est contraint de se salarier pour pouvoir vivre décemment. Une allocation d’autonomie individualisée selon les revenus du jeune et non de ses parents permettrait non seulement de lutter contre les inégalités mais aussi relancer le pouvoir d’achat et de libérer des emplois.

La gauche au pouvoir devra faire un choix entre la demi-part fiscale, aux effets fortement dégressifs, et une fiscalité défamiliarisée et redistributive. Nous devrons faire un choix entre donner plus à ceux qui ont le plus, ou donner plus à ceux qui ont le moins. Cela passera nécessairement par la suppression de la demi-part fiscale pour les jeunes majeurs, ou au moins en réduisant drastiquement le niveau de l’abattement fiscal consenti.

Parce qu’il s’agit de « remettre les compteurs à zéro » pour chaque génération, et que le patrimoine des 10% les plus riches est 200 fois supérieur à celui des 10% les plus pauvres, les Jeunes Socialistes réitèrent leur soutien à une augmentation de l’imposition du patrimoine afin de financer l’allocation d’autonomie. La réduction des exonérations fiscales sur les dons familiaux et une hausse des droits de succession permettraient notamment de dégager des centaines de millions d’euros pour investir dans la jeunesse, priorité du Président de la République.

La France est devenue en 30 ans le pays de la reproduction sociale et des déterminismes de la naissance. C’est donc une mesure de justice et républicaine que de financer la formation des jeunes par des impôts qui enrayent l’auto-reproduction de l’élite.

Préparez le changement: restez informés!

Commentaires

Soyez le premier à réagir !

Réagissez !

Vous devez être connecté(e) pour rédiger un commentaire.