Bilan du conseil national de Février 2013 : l’avis des sensibilités du Mouvement des Jeunes Socialistes

Pour Transformer à Gauche :

Au cours de ce Conseil National, nous avons adopté à l’unanimité un texte définissant la lutte contre l’extrême-droite telle que nous souhaitons la mener afin de préserver la République. Des quartiers populaires aux villages ruraux, rappelons les incohérences économiques du FN, leur fausse laïcité et leur conservatisme.

Les Jeunes Socialistes sont dans leur rôle tant lorsqu’ils font ce travail de décryptage et de caractérisation de l’extrême-droite, que lorsqu’ils soutiennent le gouvernement dans les réformes entreprises pour le pays. Le rôle de soutien, c’est aussi un devoir d’impatience face à l’attente des citoyens. Alors continuons de pousser pour une allocation d’autonomie, pour le non-cumul des mandats, pour l’égalité partout et sans faille, pour la lutte contre toutes les discriminations, pour un SMIC à 1 500 euros.

Continuons de jouer ce rôle de porte-voix des jeunes auprès des socialistes. Nous sommes la génération Changement, et nous devons pouvoir en être fiers.

Pour Erasme et Réformer maintenant :

Lors de ce CN, nos deux sensibilités ont pu revenir dans une démarche commune, 9 mois après l’élection de FH, sur des points cruciaux de notre engagement politique.

Ce CN fut l’occasion de faire remonter le travail des camarades, ainsi que d’un travail commun, nous permettant d’affirmer, une fois de plus, que ce sont les débats qui feront avancer notre organisation.

Il nous parait important, de rappeler, que le gouvernement que nous avons porté au pouvoir est en mouvement et qu’il va dans le bon sens. Au devoir d’impatience, voulu par certains, nous demandons un devoir d’exigence. Pour affirmer cette exigence, notre mouvement doit s’ouvrir toujours plus aux citoyens, s’en faire le relais. C’est dans l’incarnation de cette « chaîne de transition » entre la société civile et le gouvernement que le MJS trouvera pleinement sa place. Se faire le relais de l’action du gouvernement et en même temps se construire comme une force de proposition crédible, telle est notre vocation.

Pour la Fabrique du Changement :

Ce conseil national a été l’occasion de nous réunir autour de la lutte contre l’extrême droite. Les travaux des fédérations sont d’une grande richesse, et doivent alimentent nos réflexions. Le court texte voté à l’unanimité du CN ne doit être vu que comme un engagement à poursuivre le travail. C’est l’exigence formulée par la Fabrique du Changement que de fournir à chaque militant des outils d’analyse des nouveaux leviers du vote FN. Ainsi armés, nous convaincrons les classes populaires sur nos thématiques et regagnerons leur confiance.
C’est le même engagement à faire progresser le MJS qui nous a amené à présenter une candidate à la présidence de la CNA. Cet organe de régulation des conflits mérite de gagner en impartialité. Nous avons ainsi proposé des pistes en vue de la réforme statutaire ainsi que notre souhait de revenir à la tradition en en confiant la présidence à un minoritaire. Ces arguments ont été entendus par 30% des votants.
Retrouvez nous sur fabrique-changement.org

Pour la Relève :

Le dernier Conseil National du MJS s’est tenu alors que l’action du gouvernement s’opère depuis plusieurs mois. Conscients des contraintes liées au calendrier nous devrons être un soutient exigeant quant à l’application des promesses électorales de François Hollande. Etre force de proposition reste le leitmotiv de notre organisation, l’accès de notre famille politique aux plus hautes fonctions ne nous le fait pas oublier.
Devant l’évolution grandissante du vote extrême en France et en Europe, nous ne pouvons rester les bras croisées, la convention nationale trouve donc toute sa place devant une menace face à laquelle chacun ne peut lutter seul. En France ne pas discuter avec le Front National c’est l’empêcher de diffuser ses paradigmes nauséabonds. En Europe, la gauche se doit de trouver une place beaucoup plus prégnante, diffuser globalement le droit social, afin que partout les différents mouvements obscurantistes ne s’engouffrent plus dans la brèche du misérabilisme sociale auquel ils n’opposent aucune solution crédible.

Pour AJS :

Ce conseil national a été l’occasion pour notre sensibilité de revenir aux fondamentaux en abordant une question qui ne doit jamais cesser d’occuper nos esprits : celle de l’enseignement supérieur. Pendant que certains se complaisent dans un exercice acrobatique de soutien très critique, nous préférons travailler pour la réussite de notre famille politique.

Nous nous félicitons par ailleurs de la tenue de la Convention nationale sur l’extrême droite, qui a permis de rouvrir le débat de la question de la lutte contre les idées du Front national. Guillaume Bachelay, comme Razzy Hammadi, ont su rappeler que derrière les idées, le Front national c’était surtout des électeurs déçus, souvent confrontés à de grandes difficultés, des électeurs que nous devons écouter et auxquels nous devons répondre.

Enfin, nous espérons que le travail constructif effectué en ateliers sur le dossier du changement « Financer, Produire, Consommer » aboutira à un texte représentatif de l’ensemble des sensibilités.

Préparez le changement: restez informés!

Commentaires

Soyez le premier à réagir !

Réagissez !

Vous devez être connecté pour rédiger un commentaire.