Réforme des rythmes scolaires : le gouvernement s’engage au service des élèves

Après avoir lancé une grande concertation regroupant syndicalistes, responsables associatifs, parents, chercheurs, le gouvernement s’attelle à réformer notre système éducatif en profondeur pour garantir la réussite de tous les élèves. Le décrochage scolaire est à l’origine à l’heure actuelle de la sortie de 150 000 jeunes du système scolaire chaque année. Plusieurs mesures ont déjà été annoncées pour le combattre, comme le recrutement de 43 000 professeurs en 2013 et la restauration d’une formation pour les enseignants, formation réduite à néant sous le gouvernement Sarkozy. « Plus de professeurs que de classes », voilà le mot d’ordre du gouvernement. La réforme des rythmes scolaires, elle, s’inscrit sur 3 axes : elle concerne la répartition des heures de classe sur l’année, sur la semaine et sur la journée.

Une réforme au service des élèves

L’intérêt de l’élève doit être placé au cœur de cette réforme, l’objectif est de mieux répartir les heures de classe pour que les apprentissages puissent être dispensés dans les meilleures conditions. En effet, les spécialistes des rythmes biologiques s’accordent sur le fait que la concentration des jours de classe sur l’année, à savoir 144 jours de classe par an contre 187 jours en moyenne en Europe, nuit au bon déroulement des apprentissages, et génère une fatigue trop importante. De même, les journées à l’école sont aujourd’hui beaucoup trop chargées pour permettre aux élèves d’apprendre de façon la plus efficace possible.

Diversifier les enseignements et accompagner les élèves

La réforme des rythmes scolaires proposée par Vincent Peillon consiste déjà au retour à la semaine de 4 jours et demi, avec le retour du mercredi matin à l’école. Cela permettra non seulement de mieux répartir le travail et les apprentissages tout au long de la journée et de la semaine, mais également de diversifier le temps scolaire en y introduisant davantage d’activités culturelles, artistiques ou sportives, qui contribuent à l’épanouissement des enfants. Ce sont les collectivités territoriales, aidées par l’Etat pour le lancement de la réforme via un fonds d’amorçage à hauteur de 250 millions d’euros, qui auront à charge la mise en place de la réforme. En fixant un cadrage national tout en laissant une souplesse aux collectivités, la réforme des rythmes scolaires sera faite sur l’ensemble du territoire d’ici 2014, tout en prenant en compte la réalité des territoires.

L’accompagnement individualisé des élèves en difficulté sera assuré via les activités pédagogiques complémentaires, qui pourront être également proposées à l’ensemble des élèves pour certains types de travaux scolaires. Elles seront organisées par les professeurs des écoles.

Les Jeunes socialistes se félicitent donc de cette réforme, même si son suivi devra être réalisé de près pour assurer sa bonne mise en place sur l’ensemble des territoires. Nous proposons d’aller plus loin encore dans cette réforme, en raccourcissant notamment les vacances d’été, trop longues et injustes socialement, et en repensant le temps extra-scolaires, qui sont aujourd’hui source d’inégalités entre les enfants au lieu d’être un temps émancipateur.

Préparez le changement: restez informés!

Commentaires

Soyez le premier à réagir !

Réagissez !

Vous devez être connecté(e) pour rédiger un commentaire.