Les Jeunes socialistes rencontrent Valérie Fourneyron au congrès de Toulouse

Lors du Congrès de Toulouse, les Jeunes socialistes ont eu le plaisir d’échanger avec Valérie Fourneyron, ministre de la jeunesse, au sujet du bilan des premières mesures à destination des jeunes mises en place par le gouvernement et des priorités à définir pour les 5 ans à venir.

Si les jeunes sont particulièrement touchés par les difficultés d’accès à un emploi stable, à la santé, au logement ou encore à la culture, les Jeunes socialistes privilégient des droits pour tous dont les jeunes seraient particulièrement bénéficiaires plutôt que des mesures spécifiques dites catégorielles. C’est pour cela qu’il est urgent de rendre le RSA (Revenu de Solidarité Active) accessible aux jeunes de moins de 25 ans en fin de droits.

Une autre mesure sur laquelle les Jeunes socialistes ont souhaité porter l’attention de la ministre est celle de la question de l’allocation d’autonomie. Une allocation portée depuis longtemps par un ensemble d’organisations de jeunesse politiques, syndicales et mutualistes, afin de permettre à tous les jeunes de poursuivre leurs études sans avoir à se salarier, sans dépendre de ses conditions sociales pour obtenir un diplôme. Elle ne doit pas seulement être adressée aux étudiants, mais également aux jeunes majeurs étudiant en BEP, en CAP ou en bac professionnel et technologique. Il s’agit également de favoriser la reprise d’une formation pour les jeunes sortis sans qualification du système scolaire.

La question des stages a fait l’objet de la discussion, une question primordiale quand on sait qu’en 10 ans, le nombre de stages est passé de 100 000 à 1 million. Trop souvent certains stages ont office de véritables emplois déguisés au lieu de constituer des véritables temps de formation. En aucun cas, les stages ne doivent pourtant constituer un moyen supplémentaire de ségrégation sociale, leur accès restant conditionné aux ressources financières du jeune en formation.

Enfin, la ministre a rappelé l’importance de la lutte contre le décrochage scolaire, avec la nécessité d’augmenter par exemple le nombre de services civiques de 20 à 30 000 pour l’année 2013, tout en les encadrant plus sévèrement. Un engagement citoyen qui doit être valorisé et qui doit être rendu plus accessible aux jeunes entre 16 et 18 ans et aux jeunes de tous milieux sociaux et culturels.

Valérie Fourneyron a ainsi pu partager avec les Jeunes socialistes un ensemble de préoccupations des jeunes de France, afin de pouvoir inventer de nouvelles solutions pour qu’en 2017, les jeunes puissent vivre mieux qu’en 2012.

Préparez le changement: restez informés!

Commentaires

Soyez le premier à réagir !

Réagissez !

Vous devez être connecté(e) pour rédiger un commentaire.