Florange : la nationalisation temporaire peut sauver un bassin d’emploi

Alors que Mittal piétine ses engagements et tente de faire chanter le Gouvernement…

Alors que Mittal tente depuis près d’un an maintenant de faire croire à son incapacité à assurer la pérennité des 2500 emplois du site de Florange, il s’ingénie aujourd’hui à rendre impossible toute tentative de sauvetage du site et de ses emplois en empêchant, par des conditions de reprises intenables, le gouvernement de trouver des repreneurs sérieux. Depuis l’absorption d’Arcelor par Mittal, ce dernier a fermé le site de Gandrange en 2009 et n’a mené aucune politique d’investissement pour accroitre la compétitivité du site de Florange piétinant ainsi les engagements pris en 2006.
La rapport Faure, commandé par le Gouvernement, a pourtant démontré que le site de Florange, pris dans son ensemble, filière chaude et filière froide, est rentable et des repreneurs se sont manifestés auprès du Gouvernement sur cette option de cession totale du site. Mittal, en refusant cette initiative, se livre aujourd’hui à un chantage à l’emploi tout en impliquant les autres sites français et leurs salariés.

…la nationalisation temporaire peut sauver Florange

Cette absence de volonté de sauver les emplois du site de Florange est abominable d’autant plus dans une région malheureusement durement touchée par le chômage. C’est pourquoi, si Mittal s’entête dans une logique aveugle du profit à court terme sans offrir aucune véritable possibilité de reprise, les Jeunes Socialistes soutiennent la proposition du Ministre du Redressement Productif et appellent le Gouvernement à procéder à la nationalisation temporaire de la totalité du site de Florange.
Comme l’avait fait Barack Obama, avec réussite, en 2009 avec General Motors, l’Etat français pourrait alors reprendre le site métallurgique moyennant indemnisation dans sa totalité avant de le céder dans des conditions favorables pour les salariés.

Le Président de la République s’était, durant la campagne présidentielle, engagé devant les salariés de Florange à défendre la filière sidérurgique française. C’est au Gouvernement de prendre aujourd’hui toutes les mesures pour tenir cette promesse.

Préparez le changement: restez informés!

Commentaires

Soyez le premier à réagir !

Réagissez !

Vous devez être connecté pour rédiger un commentaire.