Cessez-le-feu à Gaza : un premier pas vers la table des négociations

Le réchauffement que connaissait ces derniers jours le conflit israélo-palestinien à Gaza est tout à fait inquiétant. Il témoignait tant de l’incapacité des dirigeants politiques des deux côtés à prendre leurs responsabilités qu’une nouvelle étape dans l’escalade de la violence. Les Jeunes Socialistes saluent donc le cessez-le-feu conclu hier à Gaza.
Il est cependant troublant que le conflit se trouve une nouvelle fois réactivé à l’approche de nouvelles échéances électorales en Israël, où la coalition au pouvoir a clairement affirmé vouloir poursuivre son travail dans la lignée idéologique radicale qui était de mise ces dernières années.

Il est fortement regrettable, et nous le condamnons fermement, que le Hamas cède une nouvelle fois à la violence en multipliant les tirs de roquettes toujours plus perfectionnées vers les villes israéliennes, faisant 5 victimes civiles. Le Hamas, comme l’extrême-droite israélienne et le gouvernement ultra-conservateur au pouvoir en Israël, sont les principaux gagnants de ce conflit, qui excite la haine dans les deux camps.

Toutefois, nous condamnons également la réponse militaire disproportionnée déployée par Israël dans le cadre du plan Pilier de Défense : plus de 100 Palestiniens, dont une large majorité de civils, ont perdu la vie. Ce n’est pas acceptable.

Si ce cessez-le-feu est une première réponse, une forte pression doit continuer à être mise sur les deux camps pour les inciter à revenir à la table des négociations de paix. Dans ce cadre, la reconnaissance de l’Etat palestinien par l’ONU est un élément important : il permettra une discussion d’égal à égal entre deux Etats, revendication que nous porterons notamment le 29 novembre lors de la journée internationale de solidarité avec le peuple palestinien.

Préparez le changement: restez informés!

Commentaires

Soyez le premier à réagir !

Réagissez !

Vous devez être connecté(e) pour rédiger un commentaire.