Bilan du conseil national de Novembre 2012 : l’avis des sensibilités du Mouvement des Jeunes Socialistes

Pour Transformer à gauche :

Nous avons porté la nécessité pour les Jeunes Socialistes d’être présents pour soutenir et promouvoir chaque conquête de la gauche au pouvoir, et mobiliser pour battre les conservatismes. Mais parce que les bonnes mesures ne suffisent pas à faire réussir la gauche au pouvoir, nous voulons fixer le cap de la transformation sociale et écologique.

Nous avons fait la campagne présidentielle contre la TVA sociale, et dit que les plus grandes entreprises devaient s’acquitter de leurs impôts, et les aides s’orienter vers les plus petites entreprises qui créent de l’emploi. Aujourd’hui le gouvernement accorde 20 milliards de cadeaux aux entreprises sans contrepartie ni ciblage. Nous devons aussi savoir faire entendre nos incompréhensions, voire nos désaccords face à des choix macroéconomiques déterminants.
Nous souhaitons que les Jeunes Socialistes travaillent prochainement sur l’extrême-droite avec une convention nationale, et sur un dossier du changement « Financer, produire, consommer ». Nous mettons l’accent sur l’importance de la formation avec une université de printemps et un travail de préparation des municipales.

Et le 15 décembre, rendez-vous pour Rise Up à Bruxelles afin de montrer notre détermination à construire une Europe de l’emploi, démocratique et écologiste !

Pour La fabrique du changement : Faire de l’autonomie une force

Six mois après l’élection présidentielle, la Fabrique du Changement pose la question tant le contexte de notre militantisme a changé : quel rôle pour le MJS ? A l’heure où les socialistes ont tous les pouvoirs, nous pensons que le MJS doit être, avant tout, un lieu de formation et d’éducation populaire. Au risque de formatage qui découle de l’uniformité des discours, nous préférons l’émancipation individuelle et collective. Pour cela, nous proposons d’en finir avec le fonctionnement compartimenté et pyramidal de notre organisation. L’ère du numérique permet par exemple d’engager un travail collaboratif en réseau, offrant à chaque camarade l’opportunité de se saisir des débats d’idées. Parce que nous ne sommes ni les godillots du gouvernement, ni ses principaux opposants, nous devons nous donner les moyens de devenir un laboratoire d’idée au service des socialistes. Travaillons hors du temps médiatique pour inventer et innover, en privilégiant des sujets tel que l’emploi, l’éducation ou l’écologie qui touchent prioritairement notre base sociale, qui pourtant se détourne des socialistes : les classes populaires.

Pour La relève :

Ce conseil National était l’occasion pour la Relève de revenir sur des points de politique générale essentiels.

D’une part rappeler que si le gouvernement Ayrault est soumis à une double urgence tant médiatique que sociale, celle-ci ne doit pas être le fil conducteur de notre action. En effet les jeunes socialistes tout en restant connectés à l’actualité doivent savoir mener un travail de fond sur le long terme.
D’autre part la question de l’internationalisme. Aujourd’hui l’actualité internationale doit mobiliser les socialistes sur la question de la démocratie. De plus, les enjeux de la politique française sont désormais inextricablement liés à ceux de l’Union Européenne.Plus que jamais nous ne devons pas concevoir les questions sociales et économiques à l’échelle de l’Etat mais à l’échelle de l’Europe dans un premier temps puis à l’échelle internationale. Le protectionnisme ne sera jamais une réponse ni aux problèmes économiques, ni aux problèmes sociaux et encore moins aux problèmes écologiques. Sur cette question précise nous avons pu nous prononcer sur notre volonté de soutenir la création d’un organisme mondial de l’environnement.

Enfin la question de la lutte contre l’extrême droite. Nous nous sommes félicités de la décision des jeunes socialistes de faire du prochain conseil national une convention nationale ouverte sur cette question. Tandis que l’extrême droite gagne dans les esprits et progresse dans les urnes, tandis que la droite Française fait le choix de la radicalisation de son parti, il est de notre devoir de jeunes socialistes, de jeunes de gauche, de jeunes Républicains ; de discuter, d’informer et convaincre de combattre l’extrême droitisation de notre société.

Préparez le changement: restez informés!

Commentaires

Soyez le premier à réagir !

Réagissez !

Vous devez être connecté pour rédiger un commentaire.