Annonces de Jean-Marc Ayrault en faveur du modèle français : les Jeunes Socialistes se donnent trois mois pour transmettre au gouvernement leur propre rapport

Après une décennie UMP de la désindustrialisation, le discours du Premier Ministre démontre la volonté de mettre en place un plan de compétitivité global : qualité, innovation et montée en gamme en faveur de la réindustrialisation du pays.

Les Jeunes Socialistes saluent cette démarche globale du gouvernement loin des haros du MEDEF exigeant des baisses massives des cotisations sociales. Nous saluons la mesure en faveur du pouvoir d’achat qu’est la baisse du taux de TVA sur les produits de première nécessité et en faveur des droits de salariés avec une place garantie dans les Conseils d’Administration des entreprises.

Le choix du gouvernement est celui des crédits d’impôts aux entreprises de 20 milliards d’euros, au lieu par exemple d’une augmentation du capital de la Banque Publique d’Investissement du même montant qui aurait davantage bénéficié aux petites et moyennes entreprises. Aujourd’hui il s’agit de veiller à l’efficacité du dispositif en faveur de l’emploi. Les Jeunes Socialistes demandent au gouvernement de rester ferme face au secteur privé en conditionnant cette aide à des garanties en matière d’emploi et en demandant le remboursement de ces aides aux entreprises qui font des plans de licenciements ou qui en profitent pour accroitre le versement des dividendes.

La baisse des dépenses publiques prévue en 2014 et 2015 est-elle inéluctable dans une période où elles sont indispensables à la reprise économique, et où la protection sociale et les services publics sont des boucliers pour faire face au chômage et la précarité ? Le gouvernement pourrait aller plus loin dans le rabotage des niches fiscales afin d’éviter une nouvelle diminution des dépenses publiques qui pénaliserait services et investissements publics qui sont l’une des explications de l’excellente compétitivité hors coût de notre pays.

Si nous partageons pleinement la nécessité pour la France de se réindustrialiser, nous craignons le risque que la hausse de la TVA nominale et dans le secteur des travaux dans les logements fait peser sur la consommation et l’emploi. La préservation du pouvoir d’achat voire son augmentation comme l’avait fait le gouvernement en augmentant le SMIC ou l’allocation de rentrée scolaire demeure la meilleure façon d’améliorer la vie de nos concitoyens et de permettre une reprise de notre économie. Nous incitons le gouvernement à reprendre à son compte les propositions des socialistes concernant l’assise des cotisations patronales sur la valeur ajoutée et le chantier de la fusion de l’impôt sur le revenu et de la CSG qui permettront de dégager de nouvelles recettes de façon beaucoup plus juste.

Les Jeunes Socialistes appellent à une ambition globale pour la réindustrialisation française. Nous incitons le gouvernement de Jean-Marc Ayrault à être encore plus audacieux dans la définition de son nouveau modèle français. Les Jeunes Socialistes remettront au gouvernement dans les jours à venir un document stratégique en faveur de la transition énergétique. Faut-il rappeler que 88% du déficit commercial de la France est dû à notre facture pétrolière ? S’engager immédiatement en faveur d’une France sans pétrole est fortement pourvoyeur en emplois, améliore la compétitivité de nos entreprises, mais nécessite de tourner immédiatement le dos à l’austérité et d’engager un vaste plan d’investissement.

Enfin, les Jeunes Socialistes produiront dans les 3 mois leur propre rapport pour apporter un regard différent sur la question de la compétitivité : fiscalité écologique, harmonisation fiscale et sociale au niveau européen, mise au pas de la finance, modulation de l’impôt sur les sociétés, planification écologique et industrielle, juste échange sont les premières conditions de la réindustrialisation, bien avant la baisse du coût du travail.

Préparez le changement: restez informés!

Commentaires

Soyez le premier à réagir !

Réagissez !

Vous devez être connecté pour rédiger un commentaire.