L’UMP se perd, la République se grandit

Depuis hier, et le communiqué du Président de la République reconnaissant (enfin) la répression sanglante dont ont été victimes des dizaines d’Algériens le 17 octobre 1961, le rapprochement prégnant entre l’UMP et le Font national gagne du terrain.

Une reconnaissance nécessaire et attendue

Savoir reconnaître ses torts est, pour une démocratie, une preuve de maturité. François Hollande, depuis sa prise de fonction, fait honneur à notre République en reconnaissant certaines pages sombres de notre Histoire. Après la reconnaissance de la responsabilité du pays lors de la rafle du Vel d’Hiv en juillet 1942, c’est désormais une autre tache sur l’honneur de la France que le Président s’est attaché à reconnaître.

Le négationnisme affiché des leaders de l’UMP

Comme à chaque fois en pareille situation, la droite et l’extrême-droite ont immédiatement réagi de concert, défendant ainsi d’une certaine façon les agissements en question. Si les responsables du FN nous ont habitués à se saisir de tout prétexte pour attaquer certaines catégories de citoyens, la réaction violente des responsables de ce qui est censé être la droite républicaine est plus inattendue.

Nous tenons donc à répondre à François Fillon qu’il ne s’agit pas de « mettre en avant la culpabilité
permanente » de la France, mais de reconnaître que l’Histoire de notre pays n’a pas toujours été glorieuse. Nous disons à Marine Le Pen que la reconnaissance de crimes passés ne salit pas la France, mais qu’au contraire cela est preuve de responsabilité. Mais surtout, nous affirmons que les propos de Christian Jacob, estimant qu’il est « intolérable de mettre en cause la police républicaine » sont graves et s’apparentent à une forme d’approbation des méthodes employées. La République ne peut être fière de l’ouverture du feu, sur ordre de Maurice Papon, sur des manifestants, quelles que soient les circonstances.

La reconnaissance de ces faits nous instruit pour l’avenir des erreurs à ne pas reproduire. C’est parce que nous sommes attachés aux valeurs républicaines que nous félicitons le Président de la République de cette reconnaissance, et que nous refusons toute forme de négationnisme, que nous continuerons à combattre à tout prix. Nous rappelons ainsi le devoir de mémoire qui s’impose à nous et qui est indispensable pour que cette Histoire soit partagée et non instrumentalisée par quelques uns pour diviser les Français.

Préparez le changement: restez informés!

Commentaires

Soyez le premier à réagir !

Réagissez !

Vous devez être connecté(e) pour rédiger un commentaire.