La réussite éducative pour tous, c’est maintenant !

Les Jeunes socialistes ont eu le plaisir de rencontrer hier George Pau-Langevin, ministre à la réussite éducative, afin d’évoquer avec elle un certain nombre de préoccupations sur la situation actuelle du système scolaire et de l’état des politiques éducatives.

L’occasion pour les Jeunes Socialistes de féliciter l’action de la ministre de revenir sur la loi Ciotti, une loi aberrante, inefficace et injuste, qui ne fait qu’enfoncer les familles les plus en difficulté dans leur détresse en appliquant la systématicité des suspension des allocations familiales en cas d’absentéisme. Les Jeunes Socialistes ont ainsi pu exprimer leur soutien entier à l’action du gouvernement : refonte des rythmes scolaires, nouvelle pédagogie, la priorité affichée à la petite enfance, nombreux recrutement de postes d’enseignants et accompagnants, etc.

Au cours de cette rencontre, deux sujets majeurs ont été évoqués : le mal-être à l’école et l’inégal accès aux bourses pour les jeunes en BEP, CAP ou bacs professionnels.

Si la question du mal-être à l’école renvoie à l’ensemble du fonctionnement du système éducatif, les Jeunes socialistes ont tenu à évoquer auprès de la ministre leurs inquiétudes vis-à-vis de la banalisation des insultes à caractères discriminatoire. Alors que l’école doit être le reflet d’une société égalitaire et fraternelle, elle tend à voir se multiplier les propos et actes machistes, racistes ou encore d’homophobes. Ces actes doivent être systématiquement condamnés.

Ainsi, les jeunes personnes homosexuelles sont 13 fois plus nombreuses à se suicider, comme le déplore l’association Rimbaud. Par la formation de l’ensemble des personnes de la communauté éducative, mais également par des campagnes nationales de sensibilisation et des paroles et actes politiques forts et exemplaires, la puissance publique peut enrayer ce phénomène.

Quant à l’accès des jeunes majeurs dans des filières de formation professionnelle aux bourses, celui-ci est bloqué par le fait que ces jeunes ne bénéficient pas du statut d’étudiant. Pour une plus grande justice sociale, les Jeunes socialistes demandent donc dans le cadre d’un parcours d’autonomie, à ce que l’ensemble des jeunes en formation puissent bénéficier d’une allocation universelle mais individualisée pour ne pas laisser tout un pan des jeunes en proie à la précarité.

Les Jeunes socialistes ont ainsi pu acter des priorités qu’ils proposent à l’action gouvernementale en matière de réussite éducative.

Préparez le changement: restez informés!

Commentaires

Soyez le premier à réagir !

Réagissez !

Vous devez être connecté pour rédiger un commentaire.