17 octobre : journée nationale d’action pour libérer les Etats de la finance

Aujourd’hui, les Etats ne peuvent se financer directement auprès de la BCE, ce qui les contraint à réduire leurs dépenses et à mener les « réformes structurelles » préconisées par les néolibéraux : baisse des salaires, « flexibilité » du travail, augmentation de l’âge de la retraite, baisse des dépenses publiques et délitement de la protection sociale et des services publics.

Si demain la BCE prêtait directement aux Etats, ils seraient libérés de cette pression et les gouvernements pourraient mener les politiques pour lesquelles ils ont été élus. De plus, comme Paul Krugman le démontre dans son dernier ouvrage : Pour en finir dès maintenant avec la crise, la dépense publique est le seul moyen qui permettra à l’économie de repartir.. Elle permettra d’investir dans la transition écologique et de créer des millions d’emplois tout en réduisant nos émissions de gaz à effet de serre. Pour cela, les Etats doivent retrouver des marges de manœuvre et donc être libérés de la pression à la baisse sur les dépenses publiques provoquée par l’obligation de se financer sur les marchés.

Mercredi 17 octobre, RISE UP ! Symbolisez la libération des Etats de l’emprise des marchés financiers par des actions originales:

Idée 1 : Chaque militant représente un Etat de la zone euro par le biais d’un autocollant, et demande aux lycéens, étudiants, jeunes travailleurs et simple passants de le libérer des marchés financiers en signant la pétition Rise up ! Vous pouvez :

  • vous déguiser en prisonniers (s’habiller avec des rayures par exemple)
  • vous accrocher un faux « boulet » au pied
  • vous lier les mains, à l’aide d’une chaine, d’une corde ou de fausses menottes

Idée 2 : si vous êtes une trentaine de militants, et que la Banque de France de votre ville est dans un lieu passant :

  • répartissez vous dans l’espace
  • reproduisez le flashmob « Rise-up » tourné lors du camp d’été d’Ecosy : une personne se lève, puis 5, puis 10, puis 20, en criant « Rise up ! ».
  • à la fin du flashmob, allez expliquer les raisons de votre action aux personnes intriguées, et faites signer la pétition
  • vous pouvez aussi expliquer l’action sur un stand up.

N’oubliez pas de prévenir la presse, et enfin, gardez les cartes postales signées, remontez vos contacts, prenez des photos et relayez les actions sur les réseaux sociaux !

Préparez le changement: restez informés!

Commentaires

Soyez le premier à réagir !

Réagissez !

Vous devez être connecté pour rédiger un commentaire.