Lutte contre le SIDA, la France s’engage

François Hollande lors de la conférence mondiale sur le Sida « AIDS 2012 » qui se tient à Washington cette semaine a confirmé l’engagement financier de la France dans la lutte contre la pandémie.

Le Président de la République a annoncé la mise en place d’une taxe sur les transactions financières pour alimenter les ressources du fond mondial de lutte contre le Sida, la tuberculose et le paludisme dont la France est déjà un des principaux contributeur.

La lutte contre le VIH est un enjeu majeur pour notre génération qui n’a pas connu d’époque sans Sida. François Hollande l’a rappelé, une politique efficace de prévention ne peur se faire sans les jeunes, qui sont les premiers touchés par la maladie mais aussi les mieux à même d’enrayer la chaine de contamination.
30 ans après la découverte du VIH, Virus de l’Immunodéficience Humaine, nous devons être la génération qui vaincra le Sida.

La prévention, un enjeu de santé publique

Les récentes avancées thérapeutiques montrent que plus les traitements anti rétroviraux sont pris tôt moins les malades sont contagieux. Cette avancé loin de nous démobiliser doit appuyer et permettre le développement des politiques de prévention et de dépistage.
À travers le monde, garantir l’accès de tous au dépistage et aux traitements les plus efficaces, passe par l’autorisation de fabrication de génériques et le don de médicaments.

En France, la recrudescence des comportements à risque chez les jeunes de notre génération est préoccupante, le défaut de prévention et de campagnes ciblées et rénovées a laissé se banaliser le message, la vigilance a baissé et en 2010 près de 6300 personnes ont découvert leur séropositivité. Les personnes âgées de 25 à 49 ans représentent les trois-quarts des découvertes de séropositivité en 2009 d’où l’urgence de sensibiliser les jeunes. Les Jeunes Socialistes proposent donc la mise à disposition gratuite de préservatifs féminins et masculins dans les collèges et lycées, tout en instaurant des cours d’éducation aux sexualités dès le collèges, assurés par des associatifs ou professionnels de santé.

Pour faire du dépistage une habitude, l’accès au dépistage anonyme et gratuit doit être garanti dans tous les laboratoires d’analyses médicales sans ordonnance. Les Jeunes Socialistes proposent de mettre en place des bus itinérants de prévention, proposant des tests du VIH et IST dans les principaux lieux de vie des jeunes. Enfin, il faut généraliser le « test rapide » dont la fiabilité a été prouvée, en formant le personnel médical à son utilisation et en permettant son accès dans tous les centres de dépistage et les centres de planification.

Promouvoir les politiques de réduction des conduites à risques

En France comme ailleurs il faut aussi agir auprès des usagers de drogues en légalisant les salles de consommation à moindre risque pour assurer un accompagnement sanitaire et social et garantir l’utilisation de matériel stérile. En milieu carcéral également il faut instaurer la distribution de préservatifs à tous les détenus et de kits stériles à usage unique (seringues, pailles, etc.) aux personnes dépendantes.

Lutter contre les discriminations

Enfin, parce que le Sida est une maladie grave, mais aussi prétexte à de nombreuses injustices, il faut sanctionner toutes les discriminations à l’encontre des personnes séropositives que ce soit pour l’accès au crédit, à l’assurance au logement ou à l’emploi.

Les Jeunes Socialistes vont plus loin, en proposant le remboursement à 100% de tous les traitements médicaux des séropositifs, ainsi que les traitements des effets secondaires, et en garantissant l’accès de tous aux traitements les plus efficaces à travers le monde : dons de médicaments, autorisation des génériques.

Il ne dépend que de nous d’arrêter l’épidémie du SIDA, François Hollande l’a rappelé hier.

Préparez le changement: restez informés!

Commentaires

Soyez le premier à réagir !

Réagissez !

Vous devez être connecté pour rédiger un commentaire.