Priorité n°1 du gouvernement : lutter contre le chômage, lourd héritage du sarkozysme

Au moment où le gouvernement lance ses consultations en vue des réformes sociales du quinquennat et se mobilise pour sauver les emplois menacés par des plans sociaux, la publication des chiffres du chômage rappelle le lourd héritage de 5 années de sarkozysme et de dix années de droite incapables de protéger l’emploi et d’enrayer la progression du chômage.

Au mois d’avril, le nombre de demandeurs d’emploi sans activité en France métropolitaine a progressé de 0,14% pour le douzième mois consécutif pour atteindre 2,9 millions de personnes. En élargissant ces chiffres aux catégories qui comprennent les demandeurs d’emploi ayant exercé une activité réduite, un stage ou une formation, la hausse est de 0,2 %, soit 9 200 chômeurs de plus et 4,3 millions de demandeurs d’emploi en France métropolitaine, 4,6 millions en comptant les départements d’outremer. Alors que Nicolas Sarkozy diminuait le budget consacré à pôle emploi, entravait la création d’emploi en ne remplaçant pas un fonctionnaire sur deux et renonçait à toute politique industrielle, le chômage progressait sur fond d’inégalités et de précarité croissantes. Hormis ces chiffres records, on constate en effet des évolutions préoccupantes : hausse du chômage des jeunes (+5%), des séniors (+15,6% sur un an) et du chômage de longue durée (+1,1%). Témoignage cinglant de l’incapacité de la droite à sauvegarder l’emploi, les chômeurs inscrits suite à un licenciement économique sont en forte hausse (+ 13,8 %). Et le nombre d’offres d’emploi ne cesse de baisser (- 6,2 % en avril et – 12,6 % sur un an). Or à ce lourd héritage s’ajoute les plans sociaux retardés pendant la campagne électorale : 45 000 emplois seraient menacés.

Priorité pendant la campagne, le gouvernement s’est dès les premiers jours employé à mettre en œuvre toutes les mesures nécessaires pour sauvegarder l’emploi et faire baisser le chômage. Politique industrielle, plans de sauvetage pour les nombreux emplois menacés par les plans sociaux, réorganisation de pôle emploi, banque publique d’investissement, investissement d’avenir, création d’emplois de 150 000 emplois d’avenir et de 60 000 empois dans l’éducation, consultation des syndicats… La détermination du gouvernement à lutter contre le chômage et à tourner la page de dix années de politiques catastrophiques en matière d’emploi est sans faille mais pour cela, l’obtention d’une forte majorité à l’Assemblée sera nécessaire.

Préparez le changement: restez informés!

Commentaires

Soyez le premier à réagir !

Réagissez !

Vous devez être connecté(e) pour rédiger un commentaire.