Entrée en vigueur de la loi Cherpion met fin à la scolarité obligatoire jusqu’à 16 ans

Votée en juillet 2011 dans la plus grande discrétion, la Loi Cherpion portant sur l’alternance et la sécurisation des parcours professionnels, est entrée tout récemment en vigueur à la suite de deux décrets datant des 17 février et 26 avril derniers.

Tout en mettant insidieusement fin à la scolarité obligatoire jusqu’à 16 ans, le gouvernement semble bien considérer l’apprentissage comme une voie de reclassement précaire pour les jeunes sortis du système scolaire, et non comme une filière de formation considérée.

La fin de la scolarité obligatoire jusqu’à 16 ans

Désormais, le gouvernement remet sur le devant de la scène cette vieille proposition d’abaissement de l’âge d’entrée dans l’apprentissage à 14 ans. Pourtant, depuis longtemps les études ont prouvé qu’une orientation tardive est gage d’une meilleure réussite scolaire, comme dans les pays scandinaves.

Une vision idéologique de l’éducation par la droite

Une fois de plus, la droite nous impose une vision idéologique de l’éducation. En effet, et contrairement à ce que le gouvernement tente de nous faire croire, malgré toutes les incitations gouvernementales et l’action des régions, le nombre d’apprentis n’augmente plus depuis quelques années. Face au chômage, les entreprises renoncent à signer de nouveaux contrats d’apprentissage. Augmenter le nombre d’apprentis reste donc une incantation illusoire de la droite au pouvoir.

L’apprentissage précarisé par la droite

Ajoutons à cela la précarisation croissante de l’apprentissage voulue par le gouvernement sortant, qui a autorisé le cumul de deux contrats d’apprentissage successifs dans une même entreprise. Et comme si la précarité des contrats d’apprentissage devait être une norme, l’apprentissage pour des jeunes dans des entreprises de travail temporaire est désormais autorisé, ainsi que des dérogations spéciales pour ces entreprises à l’interdiction de travail de nuit pour les moins de 18 ans.

Sous couvert d’ouverture, de valorisation et de soutien à l’apprentissage, la droite nous propose donc une vision idéologique de l’éducation et de l’enseignement professionnel, lui permettant de mettre fin en catimini au collège unique et à la scolarité obligatoire jusqu’à 16 ans.

François Hollande propose, lui, de développer l’enseignement professionnel au sein de l’éducation nationale, en lycée professionnel. L’apprentissage et les filières professionnelles restent donc des priorités pour revaloriser des métiers porteurs d’avenir et l’insertion dans l’emploi de milliers de jeunes. La cohérence entre les filières éducatives du CAP au master professionnel sera une priorité de François Hollande.

Préparez le changement: restez informés!

2 commentaires

  1. deroff

    9 mai 2012 à 02:18

    encore une loi défavorisant les jeunes,qui bien evidemmment a été votée dans le plus grand secret….Ha quel plaisir d’avoir élu Hollande , finis ses « coups bas »

  2. malodents

    13 juin 2012 à 23:15

    Et pourquoi il y a de moins en moins d’apprentis ? Parceque les régions mettentn un à payer les employeurs d’apprentis. Demandez autour de vous si vous connaissez des patrons qui ont des apprentis, vous verrez…

Réagissez !

Vous devez être connecté(e) pour rédiger un commentaire.