Le « vrai chômage » sous Nicolas Sarkozy ?

4,3 millions de chômeurs après 11 mois de hausse consécutive

Jusqu’à la fin, le chômage aura été l’échec majeur du quinquennat de Nicolas Sarkozy. Nouvelle publication des chiffres du chômage et nouveaux records : la France compte à présent 2,884 millions de chômeurs et même 4,309 millions quand on ajoute les demandeurs d’emploi exerçant une activité réduite. Sur le seul mois de mars 2012, 34 700 personnes de plus se sont inscrites à Pôle Emploi. Alors que Nicolas Sarkozy osait parler de baisse tendancielle du chômage le mois dernier, il s’accélère à nouveau avec une hausse de 0,8% en mars contre 0,5% en février. En un an, le taux de chômage aura augmenté de 7,2%. Depuis 2007, Pôle Emploi dénombre plus d’1 million d’inscrits supplémentaires !

Confronté à ses échecs et à l’absence de propositions pour enfin lutter efficacement contre le chômage, Nicolas Sarkozy n’a plus que des polémiques vaines sur le « vrai travail » et les injures à répétition lancées par son camp en déroute. Mais ces déclarations scandaleuses ne parviennent pas à éclipser les véritables enjeux des élections. Pour la grande majorité des français, le chômage reste leur première préoccupation.

Depuis le début, François Hollande a fait de la lutte contre le chômage une priorité. Création de 150 000 emplois d’avenir en priorité dans les quartiers populaires et de 60 000 postes dans l’éducation, emplois francs, allocation d’études et de formation, transition énergétique, relocalisation des industries en Europe, embauche des jeunes en CDI par le contrat de génération en taxant les emplois précaires et renégociation du traité européen pour privilégier la croissance et l’emploi, sortir de la crise et de la spirale de l’austérité qui l’aggrave…

Seule la politique de l’emploi proposée par François Hollande permettra d’atteindre une baisse, réelle, du chômage.

Préparez le changement: restez informés!

1 commentaire

  1. surmely alain

    29 avril 2012 à 20:12

    Si l’on ajoute à ce qu’il faut bien appeler une explosion du chômage l’augmentation de la dette le bilan économique de ce mandat présidentiel apparaît comme un des plus calamiteux depuis plusieurs décennies.Je suis certain que la situation se dégraderait rapidement si les mêmes continuaient à exercer le pouvoir après le 6 mai prochain.Rarement un moment politique aura gagné une telle intensité dramatique.Car la situation réelle est dramatique (il est d’ailleurs tout à fait inutile d’en rajouter,les chiffres parlant d’eux-mêmes)au point que des dirigeants européens pourtant peu suspects de sympathie pour la gauche sont en train d’évoluer dans leur perception et leur analyse des réalités économiques en Europe.Car la seule question qui vaille est la suivante:comment se fait-il que la situation économique en Europe ne cesse de se détériorer notamment en Grèce (la dette a atteint 170% du PIB!),mais aussi en Espagne et ailleurs,y compris en Allemagne.Depuis près de 20 ans ce sont les mêmes politiques qui sont mises en oeuvre en Europe(notamment à la travers le rôle de la BCE)fondées non pas sur le laxisme budgétaire mais le développement à tout va du crédit,de la financiarisation de l’économie (spéculation dans le secteur de la finance ainsi que dans tous les secteurs ou presque de la vie économique)au détriment des « forces productives » (agriculture,industrie et souvent même éducation, santé, recherche).Le coeur de la crise européenne réside dans ce choix de la croissance factice ou déséquilibrée au détriment du développement de l' »économie réelle ».
    Voter François Hollande parce que l’on pense que c’est un homme de bien c’est un bon début.Voter pour François Hollande parce qu’il faut que l’on sorte de l’impasse ce serait mieux.Ce que les « faiseurs » d’opinion (et je pense notamment aux grands médias,à nombre d’éditorialistes qui affirment exactement l’inverse en assénant leur doxa libérale à jet quasiment continu)disent peu ou pas,par complaisance pour le pouvoir en place,par désintérêt pour l’intérêt général peut-être,ou par attachement à leur « fonction » d’accompagnement de l’idéologie dominante plus sûrement.Car NOUS sommes dans une impasse et aujourd’hui c’est le peuple français qui soutient massivement François Hollande sans l’aide de nombreux,trop nombreux salonards.
    Avec confiance,bien à vous.

Réagissez !

Vous devez être connecté(e) pour rédiger un commentaire.