Nicolas Sarkozy ou la décadence du magicien raté

Saturant le réseau numérique terrestre, le président-candidat a voulu se transformer ce soir en magicien et faire oublier son bilan calamiteux avec des annonces aberrantes. Force est de constater qu’il est loin du niveau de Merlin l’Enchanteur.

Il devait être le président de la rupture, il est au contraire le président de la destruction des services publics et de la protection sociale de notre pays et se transforme en candidat de l’injustice fiscale et sociale par l’augmentation de la TVA de 1,6 point.

Il devait être le president du “travailler plus pour gagner plus”, il est au contraire le president de l’explosion du chômage (550 chômeurs de plus par jour depuis 2007) et se transforme en candidat du “travailler plus pour gagner moins”. En effet, avec la suppression des 35h, il revendrait sur ce droit essentiel pour les salariés qu’est la durée légale du temps de travail, mettant également fin aux RTT et aux majorations de salaires sur les heures supplémentaires. 

Il devait être le président du “tout devient possible”, il l’a montré. Rétablissement des privilèges pour les plus favorisés, conflits d’intérêts, xénophobie et homophobie d’Etat sont autant d’exemples de son champ des possibles. Ce soir, ses mensonges répétés et son odieuse référence à l’URSS sur l’encadrement des loyers, qui est appliquée en Allemagne depuis 30 ans, n’auront même pas servi d’écran de fumée.

La crise a eu bon dos, mais les tours ratés du président-candidat pour masquer ses choix politiques désastreux ne fonctionnent plus.

Sarkozy, 5 ans ça suffit ! Les Jeunes Socialistes appellent les français-es à faire le choix du changement avec François Hollande les 22 avril et 6 mai prochains. Ce n’est que par le rétablissement de la justice, la défense de l’égalité et le redressement de la France que les jeunes vivront mieux en 2017 qu’ils ne vivent en 2012.

Préparez le changement: restez informés!

Commentaires

Soyez le premier à réagir !

Réagissez !

Vous devez être connecté pour rédiger un commentaire.