Semaine pour le travail des personnes en situation de handicap, les Jeunes Socialistes rencontrent Marlène Peyrutie

Entretien avec Marlène Peyrutie, conseillère interrégionale à l’intégration, à la diversité et au handicap à l’occasion de la semaine Emploi Handicap du 14 au 23 novembre, coordonnée par plusieurs associations comme L’ADAPT et l’Agefiph. Cette initiative est également relayée par Pole Emploi.

Les Jeunes Socialistes rappellent à l’occasion de cette semaine de sensibilisation, que le gouvernement ne porte toujours pas de réelle politique de handicap et de réponse adaptée à la question de l’insertion des personnes à mobilité réduite dans l’emploi. Une politique ambitieuse en la matière doit englober des réponses réelles aux questions d’accès à l’éducation pour tous, à la formation, à la vie citoyenne. Le télétravail est une des solutions.

Marlène Peyrutie en tant que conseillère interrégionale à l’intégration, vous participez à l’organisation des évènements cette semaine, mais vous travaillez tout au long de l’année pour favoriser l’emploi des personnes en situation de handicap.

Marlène Peyrutie : C’est la 15e édition de la semaine Emploi Handicap, j’y participe activement et tout au long de l’année !

La loi du 11 février 2005, pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées, confirme l’obligation d’emploi des personnes handicapées imposée par la loi de 1987 à toute entreprise de plus de 20 salariés (6%). Cette loi impose une contrepartie financière plus élevée pour tout établissement qui ne respecte pas cette obligation d’emploi Le changement majeur apporté par cette loi réside dans l’idée que c’est à la société, à l’entreprise, à l’école d’intégrer la personne en situation de handicap et non pas à elle de s’adapter.

Quels sont les objectifs de cette semaine ?

M.P : La semaine pour l’emploi des personnes handicapées c’est l’occasion de mettre en lumière plusieurs questions : le recrutement, le maintien dans l’emploi et la gestion prévisionnel des emplois et des compétences identiques pour tous, que l’on soit en situation de handicap ou pas. C’est l’occasion de sensibiliser les entreprises, les managers et les équipes de travail sur l’intégration et le maintien dans l’emploi, quelque soir le handicap, visible ou non.

Quelle proposition portez-vous pour faciliter le maintien dans l’emploi ?

M.P : En France, nous avons je crois 5 millions de personnes en situation de handicap, et pour un grand nombre d’entre-deux la question de l’accès à l’école, aux études et à l’emploi est encore trop compliquée. J’ai apporté une contribution à un projet de Loi sur le développement du télétravail : il s’agit de faire rentrer une nouvelle organisation des activités dans le code du travail. Nous avons travaillé aussi sur la participation des entreprises aux financements inhérents à l’aménagement du poste à domicile, ce qui représenterait une avance majeure pour des milliers de salariés pour lesquels des déplacements ne sont pas justifiés.

La France est en retard par rapport à d’autres pays européens : nous comptons 7 % de télétravailleurs alors qu’en Europe la moyenne varie de 15 à 20%. Il y a un triple enjeu pour nous : écologique, économique et sociétal. En effet limiter les déplacements et proposer une organisation « pendulaire » permet de réduire les coûts des déplacements et …les gaz à effet de serre.

Développer le télétravail c’est aussi permettre à des personnes en situation de handicap de continuer à travailler. La réflexion menée actuellement me paraît d’autant plus pertinente que nous agirons aussi sur le mal être social et les risques pyscho-sociaux dont les médias nous parlent si souvent. Cette nouvelle modalité de travail permet de faire émerger des relations différentes entre le salarié et le responsable de l’entreprise, basées sur le management à distance et la confiance !

Malgré la loi de février 2005 sur l’accessibilité, beaucoup de progrès restent à faire et l’on constate un désengagement de l’État dans certains domaines.

M.P : En effet, les Etablissements Service et d’Aide par le Travail, ESAT, et les EA, entreprises adaptées, permettent à des personnes en situation de handicap de bénéficier d’une adaptation ou réadaptation au monde du travail : ces structures manquent de moyens. Entrer dans un ESAT ou une EA c’est ouvrir un sas vers l’emploi. Les responsables des structures ont du mal à mener leur mission parce qu’ ils manquent de moyens et de places. Cette situation laisse des familles démunies.

En 2012 quelles sont vos attentes pour l’égalité des personnes devant l’emploi ?

M.P : Je pense qu’il faut davantage sensibiliser à la lutte contre les discriminations. Nous devons en finir avec le « réflexe repoussoir » face à une situation de handicap. Cette lacune tient essentiellement à notre Éducation « on ne sait pas comment agir » culturellement face au handicap. En 2012 on ne doit plus regarder le fauteuil, la canne blanche ou l’appareil auditif …nous devons travailler avec chaque personne concernée sur ses talents, ses compétences, et organiser son intégration et son maintien dans l’entreprise. Il faut continuer à sensibiliser et à agir pour garantir les mêmes possibilités de carrières pour tous. C’est un vrai sujet de société.

Et en politique aussi …

M.P : Il me semble indispensable que les responsables politiques se saisissent de la question du handicap. Je milite pour que notre famille politique soit un modèle et envoie un message fort en 2012 lors des prochains rendez vous électoraux : regardez en Allemagne, l’actuel ministre des finances est au fauteuil roulant…nous en sommes loin en France, non ?

Cette 15ème semaine Emploi Handicap marque pour moi le top départ d’une réflexion plus large sur ce que nous voulons faire après 2012. Quelle est la société dans laquelle nous voulons vivre ? Je crois que nous pouvons et nous devons aller bien plus loin que de la seule obligation de 6% d’emploi.

À vous les jeunes de m’accompagner dans ce projet, à vous de porter le handicap comme un atout pour notre pays ! C’est par un message politique fort, relayé par tous, que nous réussirons ensemble l’intégration des personnes en situation de handicap, de l’école à l’entreprise.

Préparez le changement: restez informés!

Commentaires

Soyez le premier à réagir !

Réagissez !

Vous devez être connecté(e) pour rédiger un commentaire.