Quand l’UMP repousse les limites du populisme pénal.

L’UMP a réuni, le 29 novembre dernier, une nouvelle Convention sur son projet. Il y a notamment exposé trois mesures pour mieux lutter contre la délinquance, juvénile notamment : la mise en place d’un Code pénal des mineurs, la suppression des aménagements de peines automatiques, l’instauration de « travaux de réparation » dès 12 ans.

Les Jeunes Socialistes s’étonnent de l’amnésie de la droite : l’UMP semble avoir oublié qu’il avait déjà promis un Code pénal des mineurs en 2007 et une grande réforme de l’ordonnance de 1945 dont nous n’avons jamais perçu les contours mais dont nous avons entendu parler à la suite de chaque fait divers engageant la responsabilité d’un mineur.

Les Jeunes Socialistes s’étonnent de l’incohérence de la droite : c’est elle qui a instauré les remises de peines automatiques par la loi Perben II en 2004 et qui les a étendues en 2009 dans la loi pénitentiaire. Mais c’est elle qui, à l’approche d’une campagne électorale, revient sur ces avancées. Les responsables de l’UMP affirmaient alors, à raison et dans un éclair de lucidité, que les remises de peines permettent une sortie douce et progressive de la prison, favorisent la réinsertion des condamnés et, en ce sens, contribuent à prévenir la récidive.

Les Jeunes Socialistes s’insurgent contre la proposition d’instauration de « travaux de réparation » pour les mineurs dès 12 ans : cette mesure contrevient d’emblée à l’esprit de l’ordonnance de 1945, érigé en principe constitutionnel, selon lequel la justice des mineurs a une finalité éducative et non réparatrice ; surtout elle vise à introduire une nouvelle forme de travail forcé dès 12 ans ; enfin, elle montre que le populisme pénal de l’UMP n’a aucune limite.

Les Jeunes Socialistes dénoncent donc un nouveau florilège nauséabond de propositions farfelues et démagogiques, tournées avant tout vers la satisfaction immédiate de l’opinion et non dans l’intérêt général.

Préparez le changement: restez informés!

Commentaires

Soyez le premier à réagir !

Réagissez !

Vous devez être connecté pour rédiger un commentaire.