En hommage à Danielle Mitterrand, rendez-vous jeudi 24 novembre à 13h sur le Pont des Arts à Paris.

Danielle Mitterrand était une femme d’exception, un de ces personnages historiques qui ont marqué l’histoire, résistante de 16 à 87 ans, elle a traversé le monde, des tapis rouges, aux champs de mines pour défendre ses idées et ses convictions. Pourtant elle avait toujours un mot gentil, un regard, une réponse un soutien à apporter, parlant parfois avec plus de respect à un jeune militant qu’à un premier ministre.

Cette femme humble pour elle-même, grande par ses idées, son combat et son histoire, aurait probablement, difficilement supporté ces hommages, plus ou moins hypocrites. Elle qui n’a jamais respecté ni les convenances ni le protocole.

Lui rendre hommage aujourd’hui, c’est parler du Forum Mondial Alternatif de l’Eau, c’est dénoncer le rôle de l’Europe quand elle s’en prend aux peuples, c’est affirmer toujours que résister ne suffit pas, refuser l’injustice de nos sociétés modernes, c’est considérer que nous avons tous quelque chose à apprendre les uns des autres. C’est parler Politique, au sens large, vie en commun, c’est apprendre à rester sobre, à retrouver les valeurs pour lesquelles elle s’est battue jusqu’au bout. Depuis plusieurs mois, alors que la maladie et l’âge prélevaient leur lot, elle est restée debout pour tenir sa promesse et « résister jusqu’à la mort »

L’histoire de la Fondation est pleine de son action, et au travers du monde, de nombreux peuples porteront son deuil. Danielle Mitterrand ne s’est jamais vu comme un porte parole, comme investie d’une mission ou comme une dirigeante. De tout temps, elle a toujours cherché à donner la parole à ceux qui n’ont aucun moyen de se faire entendre. Refusant la recherche de l’argent pour l’argent, refusant de tout sacrifier pour les avantages de quelques uns ou même simplement refusant le capitalisme et ses dérives, tout simplement.

Aujourd’hui, alors que la perte du triple A menace encore une fois la France, s’éteint une femme de gauche, une icône humaniste, un personnage historique et une femme politique de premier plan. Une femme qui considérait justement que l’économie n’avait pas à dominer l’humanité, et que l’argent devait retrouver sa place d’outils d’échange.

Il nous reste un vide évidemment, assourdissant, mais surtout des messages, des écrits, des souvenirs, des vidéos et du travail : il est de notre devoir de construire son héritage.

Les Jeunes Socialistes lui rendront hommage jeudi prochain, pour reprendre l’appel qu’elle a lancé pour les 25 ans de France Libertés. Rendez-vous à Paris, sur le pont des arts (M1 Louvre Rivoli) dès 13h.

« Nouveaux résistants à l’ordre néolibéral, bâtisseurs d’un monde où chacun trouve sa part de vie, de liberté et d’action, expérimentateurs de solutions alternatives aux problèmes du temps… Qu’ils se rassemblent, s’unissent, fusionnent partout dans le monde pour mettre un terme à la dictature économique et financière, suppôt des dictateurs politiques. Celles-ci semblent être, enfin, ébranlées par la colère des peuples. C’est heureux mais ce n’est qu’un début. Je souhaite de tout cœur que nos propositions en faveur des biens communs, du vivant soient comprises de tous et participent à l’urgente et indispensable métamorphose de la société humaine vers une nouvelle civilisation ».

Préparez le changement: restez informés!

Commentaires

Soyez le premier à réagir !

Réagissez !

Vous devez être connecté pour rédiger un commentaire.