Mariage et adoption : avec les socialistes, l’égalité sans condition

Depuis plus de 5 ans, tous les socialistes proposent d’ouvrir le droit au mariage et l’adoption à tous les couples, qu’ils soient formés d’un homme et d’une femme ou de personne de même sexe. Les parlementaires socialistes ont même déposé plusieurs propositions de lois en ce sens à l’Assemblée Nationale et au Sénat, mais la droite a toujours voté contre.

La République offre depuis plusieurs siècle le droit de s’unir et de fonder une famille par le biais du mariage, à condition que le couple soit formé d’un homme et d’une femme. Aujourd’hui, les formes de familles et de couples ont beaucoup évolué et l’homosexualité est mieux reconnue et acceptée par la société. Cela résulte notamment de la dépénalisation de l’homosexualité par François Mitterrand en 1982 et de la mise en oeuvre du PaCS en 1999 par le gouvernement de Lionel Jospin. Il faut maintenant aller plus loin, car il n’est pas admissible plus longtemps que la République offre des droits différents aux citoyens en fonction de la personne qu’ils aiment. Au-delà de la notion même d’orientation sexuelle, trop réductrice et ne représentant pas la totalité de l’identité d’un individu, la société doit accepter tous ceux qui veulent lui apporter quelque chose.

Entre le concubinage, le PACS ou le mariage, chaque couple doit pouvoir choisir librement le type de protection juridique avec lequel il souhaite vivre. La mairie doit pouvoir délivrer les certificats de concubinage, enregistrer et célébrer les mariages et les PACS de tous les couples qui le lui demandent. Enfin, les droits offerts par le PaCS doivent être améliorés et étendus.

De la même façon, la République doit reconnaître et protéger les familles homoparentales. Tous les couples doivent pouvoir faire valoir la qualité de leur projet parental dans la procédure d’adoption, qu’ils soient hétérosexuels ou homosexuels, mariés, pacsés, ou concubins. De même, les possibilités d’adoption pour les célibataires ne doivent pas dépendre de l’orientation sexuelle ni de l’identité de genre. Enfin, la procréation médicalement assistée doit être ouverte à l’ensemble des femmes, quels que soient leur situation civile, leur statut et leur orientation sexuelle. Les nombreux voyages vers les cliniques belges et espagnoles, dans lesquelles ces interventions sont autorisées, montrent l’anachronisme de notre droit sur ce sujet.

C’est en ayant le courage de montrer aux Françaises et aux Français que la République protège tout le monde avec les mêmes institutions que l’on parviendra à disqualifier les discriminations et les violences que connaissent les personnes LGBT.

Préparez le changement: restez informés!

2 commentaires

  1. robert

    21 mai 2011 à 00:16

    Vous ne parlez pas dans votre article des enfants d’homosexuels. On ne peut pas non plus tout infliger à un enfant. Avoir été créé dans une éprouvette + ne pas avoir pu bénéficier d’un père ET d’une mère, désolé mais ça n’est pas facile à vivre. Et vous, vous voulez faire de tout cela quelque chose de banal.

    De plus, je trouve que votre affiche avec le bébé au bracelet “homosexuel” est très ambigüe. On a l’impression que vous voulez nous dire que l’homosexualité est dans les gènes. D’autres que vous, dans le clan eugéniste homophobe, seront renforcés dans leur conviction de supprimer les homos dès la naissance.

  2. Faustine

    24 mai 2011 à 10:48

    Pour Robert : sache qu’un couple de parent Mixte peut etre encore plus nul q’un couple de parent homosexuel. je veux dire ce n’est pas pcq que l’on a 2 pères ou 2 mères que forcément sa n’ira pas ! il y a des tonnes de parents mixtes qui font de la merde avec leur enfants alors laissons une chance a tout le monde !

Réagissez !

Vous devez être connecté pour rédiger un commentaire.