Lucie Briatte, candidate à Lyon

Lucie Briatte, 25 ans, est candidate suppléante de Thierry Philip sur le 8e canton de Lyon (le 3e arrondissement). Responsable fédérale du Rhône depuis un peu plus d’un an, elle est orthophoniste, à la fois en libéral et au sein d’une structure pour adultes handicapés.

Pourquoi t’es-tu investie dans cette campagne ?
Je me suis investie sur ces élections cantonales, parce qu’il est temps de faire bouger les choses dans ce département. Il n’y a qu’à être sur le terrain pour voir que les inégalités entre les citoyens ne font qu’augmenter, que ce soit dans l’accès à l’emploi, aux soins ou encore à l’éducation. Le département du Rhône a toujours été à droite, et depuis plus de 20 ans, c’est Michel Mercier, ministre de la justice, qui est à sa tête. A un canton près, le Conseil général peut basculer, ça peut très bien être le 8è canton de Lyon !

Quels combats souhaites-tu mener pour ton canton ?
Trois combats me semblent prioritaires, dans trois domaines qui sont au coeur de la politique du Conseil général :
- l’insertion professionnelle,
- le logement,
- le handicap.

L’insertion professionnelle, parce que dans le 8è canton de Lyon comme dans tout le département du Rhône ne finance pas les missions locales, destinées à aider les jeunes entre 18 et 25 ans qui sont à la recherche d’un emploi. Il faut aussi tout faire pour simplifier les démarches administratives pour ces jeunes, et leur permettre par la même occasion d’avoir accès à la santé et au logement.
Le logement, parce que le manque de logements sociaux est criant. Doubler le budget de l’OPAC du Rhône ou encore développer la construction de logements accueillant à la fois des étudiants comme des personnes âgées, voilà des propositions concrètes du programme rhodanien du Parti socialiste.

Le handicap enfin, parce que pour être présente quotidiennement auprès de ces personnes et de leurs familles, on ne peut qu’être révolté des situations dans lesquelles se retrouvent certaines d’entre elles. Sur le Rhône, il manque 1500 places pour prendre en charge les personnes handicapées et les crèches accueillant à la fois des enfants valides et des enfants handicapés restent trop rares. Par exemple, sur le 8è canton, il n’est pas normal que la crèche “la souris verte” par exemple reçoive 7 fois plus de subventions de la mairie que du Conseil général.

Le Conseil général, c’est la solidarité avant tout. Il est donc temps que le département du Rhône bascule à gauche pour devenir un véritable bouclier social pour les Rhôdaniens !

Préparez le changement: restez informés!

2 commentaires

  1. Pierrick

    10 mars 2011 à 13:36

    Bravo Lucie et bon courage !
    @+ dans le bus…

  2. lucie briatte

    15 mars 2011 à 09:56

    merci beaucoup Pierrick pour tes encouragements ;)

Réagissez !

Vous devez être connecté pour rédiger un commentaire.