Le front national : toujours un danger

Sans surprise Marine Le Pen a succédé à son père à la présidence du Front national lors du congrès de Tours le 16 Janvier dernier. Une page se tourne pour l’extrême droite en France.

En effet avec l’élection de Marine le Pen à la tête du front national, l’image de l’extrême droite change par rapport à celle qu’avait entretenu son père Jean-Marie le Pen depuis plusieurs décennies. Une image qui cherche à dé-diaboliser l’extrême droite.

Désormais dans le discours du Front National, notamment à travers Marine le Pen, on voit les valeurs de la république et notamment celle de la laïcité mises en avant. Fini les discours de Jean-Marie le Pen, agressifs, racistes: maintenant le FN parle moins du problème des étrangers mais beaucoup de l’islamisme par exemple, et ce, au prétendu nom de la laïcité.

Cette rupture sur la forme comme dans le discours fait apparaître l’illusion d’un front national plus fréquentable, plus moderne. Preuve en est au dernier sondage Marine le Pen serait crédité de 18% d’intention de vote pour les élections présidentielles.

le front national a repris, de manière opportuniste, des idées traditionnelles de la gauche (justice sociale, sauvegarde des services publics,…), qu’il est la seule alternative efficace pour résoudre la crise économique et sociale, pour répondre aux attentes des français qui sont aujourd’hui confrontés au chômage, à la précarité, et ce notamment en diffusant l’idée que le Parti socialiste et l’UMP seraient main dans la main afin de maintenir la mondialisation libérale, et que la vrai alternative serait le FN.

Nous ne pouvons pas accepter ce discours complètement démagogique nuisant à notre démocratie. Parce qu’en réalité Marine le Pen est bel et bien la continuité de l’engagement de son père: si le discours a évolué, le Front National reste un parti xénophobe.

En tant que socialistes, nous devons déconstruire ce discours. Il est vrai que dans ce contexte de crise économique, sociale et politique de nombreux français touchés par la précarité tendent à se replier vers une extrême droite populiste et démagogique mais qui peut être rassurante pour certains. Nous devons face à cela savoir répondre aux préoccupations des français, proposer une politique ambitieuse tant sur l’emploi, que sur les salaires.
Revivre un 21 avril 2002, cela n’est pas possible, nous avons donc la responsabilité notamment auprès de jeunes de mettre en évidence que le front national n’est absolument pas la solution à la crise.

Alors qu’aujourd’hui plus d’un français sur deux ne croît pas en la capacité de la droite et de la gauche à changer les choses, il est essentiel de redonner de l’espoir aux français et cela passe par le fait que nous devons être irréprochables, pour que les français aient confiance en la gauche surtout face à la droite qui enchaîne les affaires d’État (Bettancourt, Clearstream, Woerth…): nous devons incarner le changement, l’alternative et non l’alternance.

Le MJS s’engage dans un travail approfondi d’analyse et d’inventaire sur les réponses à apporter à la menace du Front National.

Préparez le changement: restez informés!

1 commentaire

  1. jeanne

    18 octobre 2011 à 17:32

    je ne comprends pas votre article…
    SI le FN reprend les « thèmes de la gauche » comme vous dites c’est que la gauche les a salis : la classe ouvière ne vous soutient plus, aujourd’hui vos seuls soutiens sont les riches et les bobos…c’est dommage

Réagissez !

Vous devez être connecté(e) pour rédiger un commentaire.