Le MJS participe à la journée sur la souveraineté alimentaire des MRJC

Samedi 5 février les jeunes socialistes étaient invités à participer à une journée de formation du MRJC sur la souveraineté alimentaire. Paul Méhu, secrétaire national aux relations extérieures s’y est rendu afin de pouvoir échanger avec d’autres jeunes de la question agricole en France, en Europe et dans le monde. Après une présentation de la souveraineté alimentaire par Pascal Erard du CFSI (Comité Français pour la Solidarité Internationale), Paul Méhu a présenté le kit agriculture et les actions qui étaient mises en place en prolongement de cette réflexion.

Puis est venu le temps de la discussion avec la vingtaine de jeunes présents à cette formation. La première question était plutôt un étonnement; pourquoi les jeunes socialistes se sont pris d’intérêt pour l’agriculture ? La réponse est simple, l’agriculture est aujourd’hui à un moment charnière, soit elle reste dominée par les logiques productivistes et son avenir est compromis, en raison de la nature de ces exploitations, soit elle prend le parti de se transformer, pour répondre aux impératifs environnementaux et sociaux des prochaines années. En tant que socialiste, cette question est centrale dans notre réflexion.

Une autre question portait sur la volonté de privilégier l’agriculture paysanne à l’agriculture intensive et la démarche intellectuelle qui avait été celle des jeunes socialistes. Partant du constat que l’agriculture telle qu’elle était organisée aujourd’hui, tant dans son mode de production que dans son mode de distribution n’était pas viable, à la fois pour les Hommes et pour la Terre, le modèle productiviste privilégiant toujours la quantité à la qualité environnementale, gustative et sociale, il est nécessaire aujourd’hui de repenser une autre agriculture.

Ce modèle menant inévitablement à une catastrophe majeure, les jeunes socialistes ont pris le parti de reconsidérer le rapport des socialistes à l’agriculture, en privilégiant la conversion des exploitations intensives en exploitations respectueuses de l’environnement, de type paysannes.

La deuxième partie de l’intervention de Paul s’est concentrée sur les suites qui sont données à ce kit, et notamment de la création d’AMAP, ces associations pour le maintien d’une agriculture paysanne, que les MRJC encouragent sur tout le territoire. La spécificité des AMAP, notamment dans les publics bénéficiaires et dans le mode de fonctionnement a beaucoup intéressé le MRJC. Cette discussion a donné lieu à des échanges très riches qui ont abouti à la volonté des MRJC de rencontres plus régulières afin que les deux organisations puissent échanger notamment sur les moyens d’actions à mettre en oeuvre.

Préparez le changement: restez informés!

Commentaires

Soyez le premier à réagir !

Réagissez !

Vous devez être connecté(e) pour rédiger un commentaire.