Garantir l’accès mondial aux traitements

Faire face aux épidémies (Sida, paludisme, grippes) grâce aux dons des médicaments et autoriser la production immédiate de génériques.

Environ 45 millions de personnes vivent avec le VIH dans le monde. 26 millions sont déjà mortes, dont 95% dans les pays en développement. Le SIDA est révélateur des inégalités d’accès aux soins et aux traitements dont le monde est aujourd’hui coupable et victime.

Alors que les pays du Sud sont particulièrement touchés par les épidémies (Sida, paludisme, grippes…), les pays ayant un haut niveau de revenu disposent de traitements. Or, les traitements issus de progrès scientifiques et médicaux importants ne sont aujourd’hui pas accessibles aux pays les plus touchés. Par ailleurs, les épidémies qui ne concernent que les pays du Sud ne font l’objet de quasiment aucune recherche scientifique. Cela illustre l’incroyable injustice et l’incohérence de notre système.

Alors que l’amélioration de la santé au niveau mondial est importante, notamment au vu de la hausse de l’espérance de vie, seule une petite partie de la population mondiale en connaît les bénéfices. Les inégalités de développement ont alors des conséquences directes sur les inégalités devant la vie et la santé. De son côté, l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a montré ses limites, notamment à cause des liens étroits qu’elle entretient avec les industries pharmaceutiques qui mettent en cause son indépendance.

La santé doit être comprise et étudiée comme un système au sein duquel se combinent différents facteurs de la santé des individus. La santé des populations est déterminée par les conditions environnementales (qualité de l’air, de l’eau,…), le contexte économique et social (pauvreté, niveau de vie et d’éducation,…), de l’offre de soins et du système public de soins, ainsi que des politiques de prévention (alimentation, conduites à risques, etc.). Le niveau de vie influence de manière importante l’état de santé d’une population. C’est pourquoi l’aide au développement est essentielle. La part du produit intérieur brut consacré à l’aide au développement devra être de 1% afin de participer à l’amélioration des conditions de vie de la population mondiale.

Il nous faut également permettre l’accès dans tous les pays, aux médicaments à des prix bas. Pour cela, il faudra permettre la production immédiate de médicaments génériques, et autoriser certains pays à supprimer ou limiter les brevets sur les traitements de façon à en faire baisser le coût. La recherche publique devra être renforcée, les brevets déposés dans ce cadre étant alors publics. Les dons de médicaments doivent aussi être renforcés par la fixation d’obligations.

L’OMS doit retrouver sa place en renforçant et garantissant son indépendance, de manière à être réellement capable d’accompagner l’accès de tous les peuples vers le plus haut niveau de santé possible. Elle doit pouvoir empêcher les abus des industries pharmaceutiques, particulièrement dans les pays du Sud.

Les laboratoires pharmaceutiques doivent nécessairement participer à l’accès mondial aux traitements. Pour cela, les contrats réalisés avec des laboratoires qui augmentent les prix pour les pays du Sud doivent pouvoir être rompus. L’accès aux traitements est un droit : les traitements existent, ils doivent être diffusés. Concernant les maladies touchant essentiellement les pays du Sud, les laboratoires doivent être contraints de réaliser des recherches.

La marchandisation des médicaments a eu pour autre conséquence de développer la biopiraterie. Or les connaissances biomédicales ancestrales ne doivent pas être appropriées par quelques grandes firmes privées, sous couverts de dépôts de brevets. Il en va de même pour la marchandisation du vivant. Les plantes et les différentes ressources naturelles ne doivent plus être la propriété de grandes firmes alors qu’elles relèvent du domaine public. Or, aujourd’hui 15% des brevets américains délivrés chaque année concernent le vivant, soit plus de 10 000 brevets chaque année. Il sera essentiel de garantir le caractère public du vivant en interdisant les brevets qui y sont relatifs.

Préparez le changement: restez informés!

Commentaires

Soyez le premier à réagir !

Réagissez !

Vous devez être connecté pour rédiger un commentaire.