Restrictions de l’accès à l’AME: entre stratégie électorale et politique nauséabonde

L’Assemblée Nationale a adopté le 2 novembre un droit d’entrée de 30 euros pour l’accès à l’Aide Médicale d’Etat. Le 4 décembre, les sénateurs ont voté contre le démantèlement de l’AME. Or, le gouvernement est passé en force au mépris de l’accès aux soins.

Depuis l’été dernier, l’AME est dans le collimateur du gouvernement au prétexte de faire des économies. Or l’AME représente moins de 0,3 % du budget de la branche maladie de la sécurité sociale. La mise en place de ce droit d’entrée devrait permettre une économie de 6 millions d’euros alors que le budget de l’assurance maladie est de 162 milliards… Les économies réalisées ne sont donc pas l’objectif du gouvernement.

Les motivations du gouvernement se situent bien au-delà. La droite met en avant la “responsabilisation” des usagers, postulat selon lequel notre santé dépend essentiellement de nos comportements individuels et que chacun est responsable de ses comportements. La restriction de l’accès à l’AME est un choix politique, idéologique, qui confond intérêt général et calculs électoraux.

Le rapport de l’Inspection Générale des Affaires Sociales, publié le 31 décembre, remet en question la politique de responsabilisation des bénéficiaires de l’AME. L’IGAS y fait notamment état des risques sanitaires engendrés par cette mesure (risque de diffusion de maladies comme la Tuberculose). Le rapport démontre l’inefficacité économique de cette mesure (6 millions euros d’économie mais un surcoût de 20 millions d’euros du fait d’hospitalisations qui auraient été évitées avec l’AME) ainsi que les risques potentiels qu’elle comporte. Mais la publication du rapport de l’IGAS a été effectuée après le vote définitif du budget.

Le gouvernement crée un climat de plus en plus prégnant de stigmatisation des sans papiers et des personnes précaires. La barrière ainsi instaurée à l’accès à l’AME prend la forme d’un argument supplémentaire dans une politique d’immigration nauséabonde, en dépit des conséquences humaines de cette mesure.

Les Jeunes Socialistes réaffirment que les principes de solidarité et d’égalité sont centraux dans notre société, en défendant une politique de santé solidaire et permettant à tous l’accès à des soins de qualité. L’AME et la CMU doivent être fusionnées. Les Jeunes Socialistes proposent que soient développées des équipes mobiles pour amener aux personnes exclues la prévention ainsi qu’un suivi médical pluridisciplinaire, et que soient développés des centres d’accueils adaptés aux besoins des sans papiers et des personnes en situation de précarité.

Préparez le changement: restez informés!

1 commentaire

  1. Les tweets qui mentionnent MJS › Les Jeunes Socialistes › Restrictions de l’accès à l’AME : entre stratégie électorale et politique nauséabonde -- Topsy.com

    26 janvier 2011 à 19:58

    [...] Ce billet était mentionné sur Twitter par MJS 44, MJS. MJS a dit: Restrictions de l’accès à l’AME : entre stratégie électorale et politique nauséabonde http://t.co/SwUfldU [...]

Réagissez !

Vous devez être connecté pour rédiger un commentaire.