Le futur des systèmes de retraite en Europe: la nécessité d’aborder les bonnes questions

Le texte ci-dessous, rédigé par le MJS et soutenu sur le fond par plusieurs organisations de la Left Wing (aile gauche d’ECOSY) devrait servir de base de réflexion en vue de l’élaboration d’une résolution sur les retraites pour le prochain Congrès d’ECOSY qui se tiendra à Bucarest du 31 mars au 3 avril prochains.

Le futur des systèmes de retraite en Europe:
la nécessité d’aborder les bonnes questions

Le futur des systèmes de retraite est devenu une question cruciale en Europe, a fortiori dans le contexte de la crise économique. Dans la plupart des Etats membres, de lourdes réformes ont été adoptées, qui sont basées sur une même idée: la combinaison entre l’allongement de l’espérance de vie, des taux de natalité faibles et le départ à la retraites des Baby Boomers crée un déséquilibre démographique grave qui met en péril les systèmes de pension, et la seule solution pour les sauver est d’inciter les gens à travailler plus longtemps. Comment? En repoussant l’âge légal de la retraite, en allongeant la durée de cotisation et/ou en modifiant le mode de calcul des droits à la retraite.

Pour ECOSY – Les jeunes socialistes européens, ce qui est présenté aux citoyens européens comme un raisonnement purement logique est en réalité hautement idéologique et repose sur une vision étroite des choses, comme si le problème des retraites ne pouvait être résolu que par une modification de la législation en matière de retraites. Nous croyons au contraire que toute réflexion sérieuse sur les retraites doit englober un vaste éventail de questions et de politiques, en particulier les politiques de l’emploi, les politiques fiscales et le droit du travail.

Dans son Livre vert intitulé « Vers des systèmes de retraite adéquats, viables et sûrs en Europe », la Commission européenne dresse un tableau alarmiste de la situation démographique en Europe et prône ─ certes à mots couverts ─ le recul de l’âge légal de la retraite.
ECOSY – Les jeunes socialistes européens estiment que cette approche est non seulement partiale mais également contestable sur le plan économique et social. Comme la Commission le souligne elle-même, « moins de 50% des citoyens travaillent encore à l’âge de 60 ans ». Et nous savons que dans une grande majorité des cas, les gens ne choisissent pas de quitter le marché du travail prématurément: ils sont contraints de le faire à cause d’un licenciement ou de problèmes de santé. Le principal effet du recul de l’âge légal de la retraite sera d’aggraver la situation sociale et économique des plus vulnérables et de transférer le coût financier des systèmes de retraite vers les caisses d’assurance chômage. En outre, si la durée de vie moyenne augmente en Europe, l’espérance de vie en bonne santé demeure bien plus courte et de grandes inégalités existent: en France, par exemple, un cadre peut espérer vivre en bonne santé 10 années de plus qu’un ouvrier.

ECOSY – Les jeunes socialistes européens sont convaincus qu’il est possible d’arriver à des systèmes de retraite socialement justes et économiquement viables du moment que les bonnes questions sont posées.

  • Quelle est la meilleure solution pour améliorer le ratio retraité/travailleur et pour augmenter les cotisations retraite? Notre réponse est: la conduite de politiques de l’emploi ambitieuses. La plus grande menace pour nos systèmes de retraite est le chômage et, par conséquent, l’objectif premier devrait être de garantir que chaque personne qui souhaite travailler puisse effectivement avoir un emploi et participer ainsi au financement des retraites. Nous reconnaissons qu’il n’est pas normal que tant de personnes quittent le marché du travail prématurément, mais nous savons que repousser l’âge légal est inutile voire contreproductif quand le vrai problème est celui de l’employabilité des seniors. De nombreuses actions pourraient être entreprises afin d’améliorer cette dernière, en particulier dans les pays où le taux d’emploi des seniors est le plus faible: un meilleur accompagnement tout au loin de la carrière, des programmes de formation spécifiques, des méthodes et des rythmes de travail adaptés, des incitations pour les entreprises employant des travailleurs âgés, etc. Une autre manière d’élargir la base des contributeurs aux systèmes de retraite est de garantir que toute personne qui occupe un emploi est rémunéré et a un contrat décent. C’est le raison pour laquelle ECOSY – Les jeunes socialistes européens sont contre les stages non rémunérés et demandent l’instauration de salaires minimum.
  • Qui devrait porter le fardeau du financement des systèmes de retraite? Pour ECOSY – Les jeunes socialistes européens, les travailleurs ne peuvent pas être les seuls à supporter les coûts comme cela est le cas dans la plupart des réformes passées et actuelles. Le fardeau doit être partagé de manière équitable, ce qui suppose notamment que certains types de revenus qui ne participent pas ─ ou très insuffisamment ─ au financement des retraites, soient mis à contribution (participation, bonus, parachutes dorés, etc.) et que les Etats membres remettent à plat l’ensemble des systèmes d’exonérations existants.

The future of pension systems in Europe:
the need to address the right questions

Proposed by MJS France, Animo Belgium, SJÖ Austria and MJS Belgium

The future of pension systems has become a crucial question in Europe, all the more so in the context of the economic crisis. In most Member States, heavy reforms have been adopted, which are based on a similar idea: the combination of improved life expectancy, low birth rates and Baby Boomers’ retirement creates a serious demographic unbalance which jeopardises pension systems and the only solution to save them is to incite people to work longer. How? By raising the legal retirement age, increasing the duration of pension contributions and/or modifying the calculation of pension rights.

For ECOSY – Young European Socialists, what is presented to European citizens as a purely logical reasoning is in reality highly ideological and takes a narrow view of things, as if the problem of pensions could only be solved through changes in pension law. We, on the contrary, believe that any serious reflection on pensions must encompass a wider range of issues and policies, in particular employment policies, fiscal policies and labour law.

In its Green Paper entitled « Towards adequate, sustainable and safe European pension systems », the European Commission draws an alarmist picture of the demographic situation in Europe and advocates ─ although in rather veiled terms ─ the postponement of the retirement legal age.
ECOSY – Young European Socialists reckon that this approach is not only biased but also economically and socially questionable. As the Commission itself underlines, « less than 50% of people are still in employment by the age of 60 ». And we know that in a large majority of cases, people do not choose to leave the labour market early: they are forced to do so because of a redundancy or health problems. Therefore, the main effect of the deferment of the legal age for retirement will be to worsen the economic and social situation of the most vulnerable and to transfer the financial cost from pension systems to unemployment benefit systems. Besides, if the average length of life is increasing in Europe, life expectancy in good health remains much lower and huge inequalities exist: in France for example, an executive can hope to live in good health 10 years more than a manual worker.

ECOSY-Young European Socialists are convinced that it is possible to achieve socially fair and economically sustainable pension systems as long as the right questions are addressed:

  • What is the best solution to improve the pensioner/worker ratio and to increase pension contributions? Our answer is: the conduct of ambitious employment policies. The biggest threat to our pension systems is unemployment so the main objective should be to make sure that every single person who wants to work can actually have a job and thus participate in the financing of pensions. We agree that there is something wrong in the fact that so many people leave the labour market early, but we know that raising the legal retirement age is useless and even counterproductive when the real problem is seniors’ employability. Many actions could be taken in order to enhance the latter, especially in the countries where seniors’ employment rates are particularly low: better attendant processes all along the career, specific training programmes, adapted working rhythms and methods, incentives to encourage businesses to employ old workers, etc. Another way to broaden the base of contributors to the pension system is to guarantee that everyone who is in a job is paid and has a decent contract. That is why ECOSY-Young European Socialists are against unpaid internships and call for the instauration of minimum wages.
  • Who should bear the burden of the pension systems? For ECOSY-Young European socialists, workers cannot be the only ones supporting the costs as it is the case in most past and current reforms. The burden must be fairly shared, which for instance implies that certain types of income which do not yet participate ─ or very insufficiently ─ to the financing of pensions should be contributing (participation bonuses, golden parachutes, etc.) and that Member States should re-examine all existing exemptions.

Préparez le changement: restez informés!

1 commentaire

  1. Les tweets qui mentionnent MJS › Les Jeunes Socialistes › Le futur des systèmes de retraite en Europe: la nécessité d’aborder les bonnes questions -- Topsy.com

    12 janvier 2011 à 19:59

    […] Ce billet était mentionné sur Twitter par Thomas LE GOFF. Thomas LE GOFF a dit: RT @jdebauve: Le futur des systèmes de retraite en Europe: la nécessité d’aborder les bonnes questions http://t.co/7ctlr2m […]

Réagissez !

Vous devez être connecté(e) pour rédiger un commentaire.