Dans les prisons de… France

En 2010, force est de constater l’inefficacité du système pénitentiaire français.

Avant d’être de gauche, nous sommes avant tout des citoyens. Et c’est dans une logique citoyenne que nous devons alors agir pour que dans notre pays, ce monde carcéral ne soit plus un monde de non-droit.

Certes, la prison doit être crainte, mais il n’empêche qu’en admettant complètement ces deux points, la prison peut aussi évoluer vers quelque chose de plus humain.

Que pourrait-on commencer par faire pour que le système pénitentiaire français prenne enfin la place qui doit être la sienne ? Notre combat le plus difficile sera avant toute chose de changer l’imaginaire collectif sur les prisons. Aujourd’hui, au XXIe siècle, la peine prononcée ne devrait plus être vue comme une vengeance, comme un équilibre vis à vis de la souffrance ressentie par les victimes et leurs proches, mais bel et bien comme la sanction d’un acte antisocial.

L’Observatoire des prisons a récemment proposé la mise en place de prisons à ciel ouvert pour 2015, « sans murs, sans barreaux, sans mirador ». L’idée est séduisante, tant elle va à l’opposé de l’image commune que nous avons sur les prisons, et mériterait d’être approfondie.

Mais, jamais un projet de prison de ce type de verra le jour dans une France en retard où le budget de la Justice ne semble pas relever d’une importance majeure.

L’autre problème fondamental auquel se trouvent confrontées les prisons françaises demeure la rupture de lien social. Même en 2010, les prisonniers sont complètement en dehors de la vie de leur pays. L’absence de bibliothèques, de matériel multimédia ou encore de colloques et de rencontres dans les prisons sont autant d’éléments qui entretiennent la fracture entre le monde carcéral et la France. Un concert de Yannick Noah ne peut pas être un faire-valoir !

Le Mouvement des Jeunes Socialistes n’est pas là pour remplacer des associations qui font un travail efficace sur le terrain, mais propose néanmoins :

  • Une hausse significative du budget de la justice
  • L’interdiction du dépassement des capacités d’accueil des établissements pénitentiaires par l’instauration d’un numérus closus afin d’éviter des phénomènes de surpopulation catastrophiques
  • La mise en place d’une liberté conditionnelle aux deux-tiers de la peine, par procédure d’aménagement de peine pour les détenus condamnés à cinq ans ou moins et dont le reliquat est de moins de deux ans, ou par placement sous surveillance électronique pour les détenus qui ont un reliquat de peine de quatre mois ou moins. Le refus de ces mesures devra faire l’objet d’une motivation du juge compétent.
  • L’application immédiate de la loi Béranger de 1875 sur l’encellulement individuel, y compris dans les maisons d’arrêt.

Préparez le changement: restez informés!

5 commentaires

  1. PERDREAU

    28 décembre 2010 à 14:51

    Bonjour,

    J’ai eu l’occasion d’entrer dans une prison où des professeurs enseignaient l’horticulture à des femmes incarcerées, en vue de passer un CAPA option : productions horticoles.
    C’est une ambiance très spéciale où les portes sont fermées à chaque fois derrière vous, où vous êtes fouillés avant d’entrer.
    Vous vous demandez ce que chacune a pu bien faire pour se retrouver derrière ces barreaux.

    Cordialement

  2. Jouannot

    28 décembre 2010 à 17:50

    Bonjour.
    Je suis visiteur de prison et ai pris connaissance avec intérêt de votre contribution dont j’approuve les grandes lignes.
    Je crois qu’il est également indispensable de prévoir l’abrogation de 2 lois : celle qui a créé les peines planchers et celle qui a créé la rétention de sûreté.
    Sans oublier d’évaluer concrètement la loi pénitentiaire de 2009 (dont le vote avait été déclaré « urgent » mais dont tous les décrets d’application ne sont toujours pas parus, plus d’un an après sa promulgation).
    Enfin, je partage votre sentiment que le combat le plus âpre et le plus long sera bien de changer le regard de nos concitoyens sur leurs prisons …
    Cordialement.

  3. Laurent

    5 janvier 2011 à 22:22

    Bonjour,

    Avons-nous déjà reflechi à l’ouverture de la possibilite de création d’un syndicat de prisonnier?
    Ce syndicat serait actuellement illegal, puisque les prisonniers n’ont pas le droit de se réunir ou de monter une association.
    A réaliser biensur dans un cadre legal strict, cette possibilite existe dans d’autres pays et ne peut être une mauvaise chose pour le deuxième objectif de la prison souvent oublié qu’est la reinsertion.

    Cordialement

  4. Jeunes Socialistes du Morbihan

    21 janvier 2011 à 15:12

    Bonjour,
    Nous sommes heureux de voir que cette résolution sur les prisons fait réagir. Cela prouve que nous ne devons pas rester les bras croisés face aux problèmes que rencontre le monde carcéral dans notre pays.

    @PERDREAU : rentrer dans une prison en tant que visiteur est toujours un moment éprouvant.
    Et la question que vous vous posez est légitime.
    Aussi,-et même si nous voyons la prison à certains égards comme un mal nécessaire-, les choses peuvent, et doivent être améliorées, afin de rendre la vie de ces hommes et de ces femmes plus décente, mais aussi afin de rendre à la prison le rôle qui doit être le sien : la réinsertion.
    Nos voisins européens pourraient nous servir d’exemples, puisque plusieurs d’entre eux sont largement en avance sur ces questions là.
    Je vous invite à visiter le site de la prison de Givenichh au Luxembourg : –> http://www.spse.etat.lu/givenich.htm

    @Jouannot : Nous condamnons vivement ces lois, qui remettent en cause de nombreux principes de notre pays et a fortiori de notre Justice.
    Nous devrons aussi rester vigilants face à cette loi pénitentiaire qui n’est en fait qu’un trompe-l’oeil, arguant défendre des nouveautés, qui ne sont que des retours en arrière.

    @Laurent : Très bonne question! Nous ne nous sommes jamais interrogés sur cette question. Cela pourrait être une belle piste. Le droit d’association à l’intérieur de la prison pouvant apparaître comme une étape charnière dans la réinsertion du détenu, par la naissance de nouvelles responsabilités.

    Nous espérons avoir encore de nombreux retours sur cette résolution.

    Amitiés socialistes.

    Les Jeunes Socialistes du Morbihan
    Nous retrouver sur Facebook: facebook.com/mjs56
    nous retrouver sur Twitter : twitter.com/MJS_56

  5. MikaW

    24 février 2011 à 21:16

    Bonjour aux jeunes bobos socialos…
    38 ans j’ai été pris en otage pendant 1 nuit entière par des braqueurs (4 sur-armés) de bijouterie (j’avais 12 ans), braqués ensuite 2 X dans le magasin de mes parents (par des personnes « connus » des services de police), 2 voitures volées plus tard… j’apprécie que vous vous demandiez à quoi servent les prisons… moi aussi !!!
    La prévention 1re c’est la crainte de la justice ! il y a longtemps que les malfaiteurs ne craignent plus personne en France, grâce à des gens comme vous et à votre grand Mitterrand… j’en viendrai presque à souhaiter qu’un jour vous vous retrouviez vous aussi face à ces fameux recidivistes, à ces gens qui vivent dans un autre système de valeur… mais cela je ne vous le souhaite pas… j’ai juste pitié de vous…
    N’oubliez pas : le rôle 1er de l’Etat est d’assurer la sécurité de ses citoyens !

Réagissez !

Vous devez être connecté(e) pour rédiger un commentaire.