Lyon: une justice a géométrie variable?

Les Jeunes Socialistes s’étonnent de la différence des jugements rendus dans deux affaires récentes. La première, c’est l’affaire Péchenard, du nom du fils du Directeur général de la Police nationale, contrôlé en février 2009 en état d’ébriété sur son scooter sur le trottoir des Champs-Élysées et qui avait copieusement injurié les forces de l’ordre qui l’avaient arrêtées. La seconde, c’est une jeune fille arrêtée hier à Lyon pour avoir « incendié des containers » en marge de la manifestation.

Le premier n’a pas été inquiété. La seconde a été condamnée à six mois de prison dont cinq ferme en comparution immédiate, le juge estimant que cet incendie provoqué près d’une entrée de gaz « aurait pu être catastrophique ».

Y aurait-il donc en France deux justices? Celle du laxisme pour les privilégiés, les « fils de… » et celle de la sévérité, celle du faire-valoir gouvernemental pour les autres.

Le premier a sa carrière toute tracée : il n’aura qu’à choisir entre les entreprises de Bouygues, Bolloré et Dassault. La seconde aura un casier judiciaire et donc toutes les difficultés pour reconstruire sa vie après cette épreuve.

Si la loi est la même pour tous, son application semble être à géométrie variable.

Préparez le changement: restez informés!

2 commentaires

  1. Darlock

    25 janvier 2011 à 22:10

    C’est vrai que comparer quelqu’un qui a trop bu sur son scooter avec quelqu’un qui a mis le feu à des poubelles c’est vraiment très pertinent. C’est tellement similaire…

  2. Défiplanète

    31 mars 2011 à 14:57

    Oui en effet , on est face à deux cas tout à fait similaires :Un jeune alcoolisé et une jeune incendiaire.
    C’est vraiment pitoyable , vous savez vraiment pas quoi raconter pour dénigrer la police que vous haissez plus que tout.

Réagissez !

Vous devez être connecté(e) pour rédiger un commentaire.