Légiférer pour que les propos homophobes soient condamnables pendant un an

Les Jeunes Socialistes estiment que les excuses du groupe Sexion d’Assaut ne suffisent pas à réparer les propos qu’ils ont tenu incitant à la haine des homosexuels. Dans un cas de cette gravité, c’est à la justice d’agir.

Pourtant, aujourd’hui, alors que le délai de prescription contre des propos racistes est d’un an, le délai est seulement de trois mois pour les propos homophobes. Aucune association n’a donc pu porter plainte contre les membres du groupe alors que la gravité des propos tenus était avérée.

Pour qu’une telle situation ne se reproduise plus, les Jeunes Socialistes demandent aux parlementaires de légiférer afin de ramener au même délai la prescription contre les propos racistes et homophobes, c’est-à-dire un an.

Préparez le changement: restez informés!

4 commentaires

  1. Têtu blogs - Pas de rose sans épine - Voix sans issue

    10 octobre 2010 à 22:26

    [...] ou antisémites, prescrits en un an. Cette différence est de toute évidence infondée. Les uns proposent d’aligner la prescription sur un an, les autres sur trois [...]

  2. Jreziga

    25 février 2011 à 14:01

    Tres etrangement des qu’on parle de lutte contre les discriminations,bien qu’on ne pleut classifier les discriminations et bien qu’on doit tous les combattre.
    Il y’en a une contre lesquelles on à toujours des réticences à en parler et Il yen a une qu’on tente d’occulter à chaque fois pourtant, elle est l’une des plus importante en france depuis pres de trente ans ce qui coincide avec l’avenement du chomage de masse contre lequel tout reste à faire.Touchant toutes les populations d’origines surtout africaine et nord africaine et pour qui l’UMP à su ménager l’emploi c’est à dire ceux issu spécifiquement du maroc pour cause il y ont tous interet depuis pres de vingt ans.
    Le travail reste tout de meme quelque chose de majeure dans notre société. Relevé à plusieurs reprises par les instances du BIT (bureau internationale du travail annexe de l’ONU ) sans compter la complaisance de l’ANPE denoncé seulement en 1997! empeché une personne de travailler c’est tout simplement l’empecher de vivre!
    Pour tout ceux qui l’ont subit de plein fouet depuis et qui n’ont cessé de connaitre une vie de précarité prejudiciable au quotidient qui sera comblé par un double préjudice à la retraite qui est responsable ! Qui paie les préjudices?
    Pourquoi ne légifere pas autant pour ces quelques millions de personnes concernées ?
    Justice,la premiere des libertés
    respect la seule vérité

  3. Têtu blogs - Pas de rose sans épine - Mémoire sélective

    7 novembre 2011 à 18:30

    [...] quelqu’un en raison de ce qu’il est ont la même gravité et mérite la même sanction. Les jeunes socialistes l’ont demandé en octobre 2010. SOS homophobie a saisit le Conseil constitutionnel à cette fin en novembre [...]

  4. Gaëtan

    13 juin 2012 à 03:01

    On parle souvent de discriminations diverses, mais aux lieux de la loi, il y a une différence entre homophobie et le reste des discriminations. Pourquoi donc? Cela n’est donc pas une discrimination en elle-même? Je pense que les parlementaires devraient s’aligner sur une seule et unique base pour juger les discriminations : une égalité dans les peines et leurs combats…

Réagissez !

Vous devez être connecté pour rédiger un commentaire.