“On n’est pas encore dans le temps de la présidentielle”

Interview vidéo – Présidente des Jeunes socialistes, Laurianne Deniaud appelle ses aînés à répondre aux préoccupations des Français en matière d’emploi, de logement ou de sécurité, plutôt que de s’attarder sur leur futur candidat à la présidentielle.

De notre envoyé spécial à La Rochelle, Bastien Hugues
Photo Sébastien Soriano/Le Figaro

Dans l’ombre des éléphants, Laurianne Deniaud trace sa voie. Présidente des Jeunes socialistes – comme Benoît Hamon ou Razzye Hammadi ont pu l’être avant elle -, la rivale de Benjamin Lancar – numéro un des Jeunes UMP – emploie un ton grave. Alors que de récents sondages ont ravivé l’espoir des socialistes, et déjà relancé la bataille des ego en vue de 2012, Laurianne Deniaud appelle ses aînés à se concentrer sur les inquiétudes des Français.

Les préoccupations premières des Français ? «L’emploi, le logement et la sécurité», répond-elle sans hésiter. «Le fait que les jeunes n’arrivent pas à s’insérer sur le marché du travail représente un vrai risque pour la société. Aujourd’hui, nous devons être en capacité de créer quatre millions d’emplois. Pour moi, ce doit être la première priorité des socialistes», expose-t-elle, en proposant de «rétablir les emplois jeunes», de «créer des emplois verts dans le cadre d’une transition écologique de l’économie» ou encore d’«aider les jeunes à créer leur propre entreprise».

«Ensuite, il est absolument anormal que des milliers d’étudiants ne trouvent pas de logement décent», fulmine-t-elle à l’approche de la rentrée étudiante. Et puis vient la question de la sécurité. «Moi, je n’oublie pas que les premières victimes de l’insécurité sont généralement les personnes les plus précarisées, et notamment les jeunes.»

Quant au choix du candidat socialiste pour la présidentielle, «le moment n’est pas encore venu», estime-t-elle. Plaidant pour une primaire «ouverte au peuple de gauche», Laurianne Deniaud se dit personnellement favorable à ce qu’un candidat écologiste puisse s’y présenter, ainsi que le président des Amis d’Europe Ecologie, Gabriel Cohn-Bendit, l’a récemment appelé de ses vœux. «Il y a chez Europe Ecologie des gens talentueux, qui ont fait leurs preuves dans les discours mais surtout dans les actions, et qui représentent une vraie chance pour le Parti socialiste, estime-t-elle. Donc un candidat écologiste à notre primaire, pourquoi pas !» Pas sûr qu’elle soit entendue sur ce point par les ténors du PS…

Préparez le changement: restez informés!

Commentaires

Soyez le premier à réagir !

Réagissez !

Vous devez être connecté pour rédiger un commentaire.