Et si l’odeur du passé remontait au nez de Villepin ?

Dans une tribune publiée par le quotidien Le Monde, Dominique de Villepin, ancien premier ministre, a fustigé la politique du gouvernement et appelé à un sursaut républicain face à « cette dérive inacceptable ». Le Mouvement des Jeunes Socialistes (MJS) tient à féliciter Dominique de Villepin qui se découvre des vertus républicaines qu’il n’avait pas quand il exerçait le pouvoir.

Donneur de leçon, l’ex-Premier ministre parle de « la rupture entre le sommet de l’Etat et la nation », une « rupture » qu’il a été le premier à nourrir lors des émeutes des banlieues de l’automne 2005 en décrétant l’État d’urgence et en encourageant ainsi les couvres-feux. Dominique de Villepin semble aussi oublier qu’il a été aussi l’acteur principal de cette « rupture » lors du CPE où il a cherché à monter les générations les unes contre les autres et où il a récolté l’union d’une nation contre lui. On pourrait remonter à la période 1995-1997 où l’ancien secrétaire général de l’Elysée cautionnait pleinement la politique migratoire de la France ou même à 1993, où il soutenait Jacques Chirac qui dénonçait les prestations sociales des immigrés et « le bruit et l’odeur » qu’ils dégageaient.

Laurianne Deniaud, présidente du Mouvement des Jeunes Socialistes, a déclaré ce matin à propos de cette tribune : « Bien que je me réjouisse d’une telle prise de position, je n’oublie pas le passé politique de Dominique de Villepin. Je n’oublie pas qu’il dénonce aujourd’hui dans une tactique électorale ce qu’hier il cautionnait… mais mieux vaut tard que jamais ! »

Préparez le changement: restez informés!

4 commentaires

  1. Emile

    23 août 2010 à 18:05

    Oui, il est bon de rappeler le cursus de Villepin en matière de ségrégationisme et stigmatisation de diverses populations peuplant le territoire. Cependant, il faut aussi remettre en mémoire, pour balayer devant sa porte, le laxisme dont ont fait part les caciques du PS quand ils étaient en situation d’agir, et le peu de solutions apportées pour l’avenir en dehors de paroles angéliques, ce que pointe actuellement Ségolène Royal. Lorsque celle-ci proposait un suivi de jeunes entrés en délinquance par des structures militaires ou semblables, trop nombreux étaient ceux qui répondaient par un sourire. Et si des parents sont fautifs, souvent par ignorance, c’est aussi le rôle de l’Education Nationale à porter le bébé.

  2. Ben

    25 août 2010 à 23:57

    Mais j’espère bien, c’est sidérant de voir l’amnésie dont fait preuve un nombre croissant de français le concernant, comment peut-il oser appeler son parti République Solidaire après avoir eu une idée telle que le CPE? Et comme le précise Emile, il faut aussi se rappeler que le PS était -déjà- à l’époque resté franchement laxiste.

    Pour parler d’autre chose, j’attends (à tort j’imagine) un article sur les évènements concernant la mairie de Paris. Cautionnez-vous ce petit deal entre Chirac et Delanoë?
    Parce que, aboyer sur Sarkozy et ses copains voyous à tout va, ça va bien cinq minutes, mais parfois il faut aussi savoir balayer devant sa porte. Déjà qu’à force de silences lorsqu’il s’agit de proposer des solutions concrètes, le PS se montre de moins en moins crédible ces derniers temps…un nouveau silence achèverait de faire comprendre aux français que le PS n’est peut être pas/plus une alternative crédible.

  3. CANO Anthony

    28 août 2010 à 14:20

    Moi aussi bien sur je souris de voir Villepin dénoncer une politique qu’il a pratiqué il y a quelques années mais que peut on dire des socialistes ? Laurianne DENIAUD a bon dos (mais elle est jeune elle sait peut être pas tout)de critiquer le comportement de la droite en matière d’immigration. Moi je me souviens trés bien (et sur ce terrain la le mjs a visiblement une grosse amnésie) que lorsque chevènement était ministre de l’intérieur (chevènement est pas socialiste mais il était dans le gouvernement jospin) il y a eu des cas de sans papiers baillonés et attachés de force dans les avions, et Qu’Edith CRESSON était la première à vouloir faire partir les immigrés sans papiers. Les socialistes n’ont donc pas de leçon à donner à la droite, mais il est jamais trop tard pour bien faire ! Je rêve qu’un jour une figure importante du ps ou du mjs dise à la télé « c’est vrai nous aussi on s’est comporté comme des pourris on vous a promis de changer la vie et on vous l’a empiré mais tout ca va changer maintenant on va être vraiment de gauche et transformer la société ». Mais j’ai peur que ce ne soit qu’un rêve…

  4. Le Parisien Liberal

    17 septembre 2010 à 17:28

    je ne me souviens pas que les socialistes aient fermé la ZAPI 3 de Roissy ou le depot du commissariat du XIVeme, pour ne citer que les lieux les plus tristement celebres, durant les 5 ans où ils étaient au pouvoir ?

Réagissez !

Vous devez être connecté(e) pour rédiger un commentaire.