Palestine : ne laissons pas les extrémistes dicter leur loi

L’abordage de la flottille humanitaire du lundi 31 mai 2010 aura rougi un peu plus les flots de la Méditerranée, l’opération militaire de Tsahal faisant au total neuf morts et quarante-cinq blessés civils, auxquels s’ajoutent sept militaires israéliens. Nous condamnons avec force la violence – mortelle – utilisée par l’armée israélienne contre des humanitaires dans les eaux internationales.

Cette opération met à jour plusieurs éléments contraires à l’avènement d’un processus durable de paix. L’Etat israélien doit cesser d’étouffer les territoires palestiniens, et cette opération nous remet en tête le sort de Gaza en proie à un blocus qui, en plus d’être illégal, a démontré son inhumanité et son inutilité. Il faut qu’Israël laisse l’administration de ces territoires à l’Autorité palestinienne et au Fatah afin que ce parti puisse consolider sa légitimité en Cisjordanie pour ensuite apparaître comme l’un des interlocuteurs essentiels dans le cadre des négociations visant à aboutir à deux Etats viables et distincts. Car lorsqu’Israël use ainsi de la force contre des civils, privant un peu plus d’espoir des populations nécessiteuses, la légitimité de l’Autorité palestinienne aux yeux des Palestiniens diminue de facto. Quel avenir en Cisjordanie restera-t-il lorsque les membres du Fatah seront devenus minoritaires sur leur sol ?

Toutefois si l’Etat hébreu doit faire face à ces responsabilités en acceptant une véritable enquête internationale pour déterminer les tenants de cette sanglante opération militaire, il nous faut clamer haut et fort qu’Israël aussi a droit à une existence sereine, alors même que sa survie a longtemps a été menacée. Or cet Etat légitime et souverain ne peut réaliser sa diplomatie seul. L’assaut mené a eu un effet désastreux sur le plan diplomatique. Cet acte barbare ne peut que refroidir les relations entre Tel-Aviv et Istanbul, la Turquie étant le principal allié régional d’Israël. Cette opération souligne aussi l’affaiblissement du lien stratégique reliant Washington et l’Etat israélien.

Les Jeunes socialistes sont conscients du contexte géopolitique régional avec notamment le poids menaçant de l’Iran sur Israël – l’Iran fournissant en armes les mouvements terroristes comme le Hezbollah et proclamant son désir d’éradiquer Israël. De par la force de frappe dont dispose Tsahal et du fait de ses alliances militaires, le scénario d’un danger mortel pour l’Etat hébreu semble toutefois actuellement hors de portée.

Si en tant que Jeunes socialistes, nous prônons l’émancipation des individus et des peuples, nos pensées vont au peuple palestinien qui souffre injustement. Toutefois, nous nous devons de proclamer aussi notre amitié au peuple israélien, victime lui-aussi de ce conflit, et qui, nous le croyons, désire plus que tout vivre en paix et s’épanouir sur son sol. Ne laissons pas les extrémistes dicter leur loi.

Les Jeunes socialistes appellent les gouvernements, le Quai d’Orsay en premier chef, à prendre des sanctions fermes et contraignantes vis-à-vis d’Israël afin de lui faire prendre conscience des rapports de forces réels. Au vu de l’état des différents processus de paix, des engagements contraignants sont la seule chance de résoudre pacifiquement ce conflit. Nous appelons au plus vite les représentants de l’Union européenne à jouer un rôle majeur pour l’avènement de la paix au Proche-Orient. Montrons, nous jeunes Européens, que le sort de la Palestine nous importe et que nous souhaitons permettre aux jeunes Palestiniens et Israéliens de vivre pacifiquement au sein de leurs deux Etats respectifs afin de dessiner ensemble un avenir plus rose en Palestine.

Préparez le changement: restez informés!

Commentaires

Soyez le premier à réagir !

Réagissez !

Vous devez être connecté pour rédiger un commentaire.