Le 14 juillet, drôle de célébration de l’indépendance africaine

Les Jeunes socialistes africains et français s’indignent contre l’invitation faite aux armées africaines, soutenant parfois des dictateurs, de défiler à Paris le 14 juillet.

Drôle d’idée que de célébrer les indépendances africaines en faisant défiler des militaires à Paris, le jour de la fête nationale française ! Après le XXIIIe sommet Afrique-France, qui s’est tenu à Nice les 31 mai et 1er juin derniers, ce nouvel évènement, comme l’ensemble des célébrations du cinquantenaire des indépendances africaines, est pour Nicolas Sarkozy l’occasion de faire oublier l’espace d’un moment son discours de Dakar, de faire oublier une politique migratoire fondée sur des quotas d’expulsions, de faire oublier les références au « rôle positif de la colonisation ». Il sera pourtant difficile de faire oublier ces positions dogmatiques et ce néocolonialisme assumé, qui renvoient aux populations africaines une image déplorable de la France.

Nous, jeunes socialistes africains et français, ne les oublions pas et ne les tolérons pas.

Depuis la guerre d’Algérie, durant laquelle la Jeunesse Socialiste fut dissoute pour s’être opposée au colonialisme, jusqu’à aujourd’hui où nous exigeons la fin de la Françafrique et demandons que toute la lumière soit faite sur le rôle de la France dans le génocide rwandais, notre histoire commune nous oblige.

Puisque 2010 est l’occasion de célébrer cinquante ans d’indépendance africaine, faisons de 2010 un nouveau point de départ, faisons que les Africains puissent désormais exercer leur souveraineté toute entière. Face aux crises économiques et environnementales, face aux défis sanitaires et sociaux, l’Afrique doit disposer des outils et des moyens nécessaires pour inventer ses propres solutions.

Le sommet Afrique-France n’est malheureusement pas allé dans cette direction et s’est limité à un showroom des entreprises françaises.
Pire encore, c’est le développement démocratique de l’Afrique qui est nié par l’invitation des armées africaines lors du défilé militaire du 14 juillet. Ainsi, ce sont des troupes servant parfois des dictateurs soutenus par la France, qui ont pu être les auteurs de crimes de guerre, qui vont défiler devant l’ensemble des chefs d’Etats réunis à Paris pour l’occasion.

Au moment où la Chine et les Etats-Unis ont bien compris tout l’intérêt d’être présents sur le continent africain et tendent à reproduire les mauvaises pratiques françaises, soutenant financièrement et militairement des régimes autoritaires comme au Soudan, la France a, vis-à-vis de l’Afrique, des responsabilités confiées par l’histoire, la culture, l’amitié entre les peuples français et africains. Elle doit aujourd’hui s’engager sur une nouvelle voie. Elle doit soutenir les peuples africains dans leur volonté d’émancipation, et doit faire que l’Europe s’engage avec elle sur cette voie.

Nous, jeunes socialistes africains et français, voulons réaffirmer que les nouvelles relations entre la France et l’Afrique que nous appelons de nos vœux doivent être fondée sur la solidarité entre les peuples, le respect des cultures et le développement durable.

Judicael BIAOU et N’Tji DIAWARA, pour l’Union des Jeunesses Socialistes Africaines (ACOSY)
Laurianne DENIAUD, Présidente du Mouvement des Jeunes Socialistes (France)

Tribune publiée dans Médiapart

Préparez le changement: restez informés!

2 commentaires

  1. On ne célèbre pas les indépendances africaines le jour de la fête nationale française ! « International

    14 juillet 2010 à 14:23

    […] Scriptum : Je vous invite chaudement à lire la tribunef que Laurianne a signé dans Médiapart avec nos camarades de l’Union des Jeunesses […]

  2. onestdesbleus

    14 juillet 2010 à 17:47

    La France-Afrique illustre assez bien le mariage heureux entre le capitalisme amoral et antisocial avec la dictature ou du moins l’absence de démocratie.Il y a là une parfaite compatibilité,une véritable adéquation.Le 14 juillet devenu le jour de la fête des princes selon MM. Kouchner,Sarkozy,Fillon et Guaino risque fort de devenir le jour de la honte nationale.Les dictateurs paradent,la République française confisquée leur rend un hommage appuyé.Le 14 juillet,la fête populaire par excellence,la fête de la liberté a été dévoyée et sert aujourd’hui à célébrer le système ABJECT de la « France-Afrique » qui n’est que le masque hideux du soutien massif à des régimes non démocratiques voire dictatoriaux.La « France-Afrique » est aussi un tremplin politique pour certains politicards français et le moyen de gagner beaucoup d’argent.Où sont passés les peuples?

Réagissez !

Vous devez être connecté(e) pour rédiger un commentaire.