Défendons les travailleurs sans-papiers

La droite a fait de la chasse aux immigrés un des marqueurs de sa politique. La création d’un ministère de l’Identité nationale et de l’immigration, la fermeture des frontières, les procédures de renouvellement des cartes d’identité de plus en plus difficiles pour les français de deuxième et troisième génération, le débat sur l’identité nationale, la condamnation d’Hortefeux par la justice pour ses propos à caractère raciste, contribuent à alimenter le climat de défiance vis-à-vis des étrangers, et plus particulièrement des travailleurs sans papiers.

En France, les travailleurs sans-papiers deviennent de plus en plus des citoyens de seconde zone traités selon des logiques inhumaines, strictement comptables, à la merci de la volonté de tous. Soumis aux trafics, aux marchands de sommeil, ils sont aussi la proie des employeurs face auxquels ils ne peuvent faire valoir leurs droits car en impossibilité de pouvoir porter plainte.

Ces travailleurs sont isolés alors qu’ils contribuent à la richesse nationale, via le paiement de leurs impôts, les cotisations sociales, la TVA. Considérés comme des délinquants, ils sont en fait les victimes des politiques d’un marché du travail qui induit une marchandisation des hommes, à des politiques de coopération inachevée.

Définis comme les ennemis, et les voleurs d’emplois (ce sentiment s’est accru avec la crise et l’augmentation du chômage), ils sont contraints à la marginalisation.

Maintenir des étrangers en situation irrégulière permet à des patrons français peu scrupuleux d’embaucher à bas coût. Aussi nous Jeunes Socialistes demandons la régularisation de tous les travailleurs sans papiers. Cela n’entraînera pas une forte augmentation des flux migratoires vers la France. Et permettra d’apporter aux travailleurs sans papiers une protection pour qu’ils ne soient plus soumis aux marchés et dépourvu d’aide.

Préparez le changement: restez informés!

Commentaires

Soyez le premier à réagir !

Réagissez !

Vous devez être connecté(e) pour rédiger un commentaire.