Pour un respect immédiat des droits de l’homme et du droit international par Israël

Le Mouvement des Jeunes Socialistes condamne avec la plus grande fermeté la énième bavure de l’armée israélienne. Cette intervention de Tsahal est d’autant plus scandaleuse, que les bateaux attaqués visaient à amener du matériel médical et des matériaux de construction à la population de Gaza qui vit dans une véritable prison à ciel ouvert depuis la guerre de l’été 2006.

Le blocus imposé de force à la bande de Gaza après avoir détruits les principales infrastructures et de nombreuses habitations ne fait que renforcer une situation humanitaire désastreuse qui, in fine, ne fera qu’attiser la haine entre les deux peuples, tout particulièrement chez la jeune génération.

Les différents rapports sur la situation à Gaza, sur les agissements de Tsahal et les événements de cette nuit démontrent à quel point la communauté internationale dispose de tous les éléments pour évaluer la situation de la région. Il est temps pour la communauté internationale de faire preuve d’intransigeance.

Le Mouvement des Jeunes Socialistes appelle nos responsables politiques nationaux et européens à mettre fin aux tergiversations. La France et l’Union Européenne doivent se donner les moyens nécessaires pour exiger d’Israël un respect immédiat des règles élémentaires du droit international et des droits de l’homme, condition nécessaire et indispensable à la reprise du processus de paix.

Préparez le changement: restez informés!

9 commentaires

  1. israelterredepaix

    1 juin 2010 à 17:21

    Faut Arret de mentire
    Israel fait que ce défendre
    je vous invite à allez en israel appré vous conprendré

  2. Vorian

    1 juin 2010 à 19:44

    Encore un avis très tranché.

    Quelques éléments pour peut être nuancer votre propos (ça a pas l’air d’être le genre de la maison, mais je tente ma chance)

    En temps de guerre, un belligérant a le droit de bloquer l’ennemi et le droit d’aborder et d’inspecter n’importe quel bateau, neutre ou autre, qui tente de forcer le blocus, pour déterminer si il y a de la contrebande à bord. Un tel abordage peut être réalisé n’importe où, y compris en haute mer, comme ce fut le cas.

    Article 59 de la Convention de Genève :

    Lorsque la population d’un territoire occupé ou une partie de celle-ci est insuffisamment approvisionnée, la Puissance occupante acceptera les actions de secours faites en faveur de cette population et les facilitera dans toute la mesure de ses moyens.
    Ces actions, qui pourront être entreprises soit par des Etats, soit par un organisme humanitaire impartial, tel que le Comité international de la Croix- Rouge, consisteront notamment en des envois de vivres, produits médicaux et vêtements.

    Tous les Etats contractants devront autoriser le libre passage de ces envois et en assurer la protection.

    Une Puissance accordant le libre passage d’envois destinés à un territoire occupé par une Partie adverse au conflit aura toutefois le droit de vérifier les envois, de réglementer leur passage selon des horaires et itinéraires prescrits, et d’obtenir de la Puissance protectrice une assurance suffisante que ces envois sont destinés à secourir la population dans le besoin, et ne sont pas utilisés au profit de la Puissance occupante.

    D’après cet article, Israël a le droit d’inspecter les bateaux pour s’assurer qu’ils transportent bien de l’aide humanitaire.
    L’offre d’Israël de permettre à la flotte de décharger à Ashdod pour l’inspection des bateaux et de la cargaison sont en parfait accord avec la convention de genève, le droit relatifs aux blocus et à la contrebande, et au droit international en général.

    Le refus de l’inspection et la volonté de continuer à progresser en direction des côtes de Gaza sont donc en contradiction avec le droit international.

    Les tués :

    on peut lire le récit des combats ici : http://www.ynetnews.com/articles/0,7340,L-3896796,00.html

    comme on le voit, les commandos de la marine israélienne ne sont pas des bouchers à la gâchette facile. Ce n’est qu’après qu’un de leur frère d’armes ai été sérieusement blessé qu’ils ont, conformément aux règles d’engagement, requis la permission de tirer à balles réelles dans le but de défendre leurs vies, qui leur a été accordée.

    Enfin mettre en avant le côté humanitaire c’est bien gentil mais du propre avis de ses organisateurs : “cette mission ne sert pas à livrer de l’aide humanitaire elle sert à briser le siège de 1.5 million de palestiniens.”

    Je rappelle quand même que le blocus de Gaza est assuré par Israël et … l’Egypte.

  3. Stéphane

    2 juin 2010 à 13:18

    Merci à Vorian d’avoir rappelé cet article de la Convention de Genève.
    De plus, les Jeunes Socialistes auraient dû manifester lorsque des centaines de Palestiniens (essentiellement du Fatah) ont été tués par le Hamas. Ce que le MJS n’a pas fait…
    Pourtant, le Hamas est anti-femmes, anti-homos, anti-socialistes, anti-laïque, anti-franc maçons…. Il est étonnant que le MJS n’est pas dénoncé avec plus de sévérité le coup d’Etat opéré par le Hamas à Gaza. La population gazouie souffre aussi de la société imposée par cet islamisme radical et violent.

  4. Guillaume Renaud

    2 juin 2010 à 21:19

    1- Sur les bases légales : situation de guerre ou non, les eaux territoriales restent ouvertes à tous, les Etats ont le droit de contrôler les navires battant le pavillon de leur pays. Plusieurs résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU, notamment la 1368, autorise le fait de s’approcher de navires battant pavillon étranger et de les arrêter et d’examiner ensuite les documents, la cargaison et l’équipage dans le cadre de la lutte contre le terrorisme. Dans le cas présents, les douanes turques avaient contrôlé les navires au départ et la flottille transportait matériel humanitaire, militants associatifs et parlementaires. En 2008, un navire avait ainsi pu aborder à 2 reprises à Gaza. Pire, dans le cas d’espèce, il ne s’agit pas d’un contrôle tel que décrit par Vorian puisque plusieurs civils ont été tués, les bateaux ont été saisis et l’équipage et les passagers emprisonnés.

    2- Sur le blocus, il ne s’agit pas de contester les bases légales, mais de se rendre compte de la situation humanitaire désastreuse dans la bande de Gaza. En temps que socialistes, nous ne pouvons la tolérer. Concernant le débarquement à Ashdod, il aurait permis à Israël de bloquer un certain nombre de produits de base, comme le béton, indispensable à la reconstruction et à la vie descente des Gazaouis.

    3- Enfin, la position des Jeunes Socialistes est tout à fait équilibrée. Elle est équilibrée parce qu’au-delà de l’affaire de la flottille, au-delà des drames humains des deux côtés, nous traitons le problème de manière politique, c’est à dire en condamnant les actions du gouvernement le plus à droite de l’histoire d’Israël et les actes terroristes du côté palestinien. Ce n’est pas Israël qui est mis en cause, mais le gouvernement Netanyahou. Autant que les actes terroristes. Nous n’avons pas d’indignation sélective.

  5. Vorian

    3 juin 2010 à 06:26

    Pas d’indignation sélective ? Je n’ai rien vu sur le naufrage de la corvette sud-coréenne Cheonan, torpillée par la marine nord coréenne et la mort de 46 marins sud coréens. C’est très simple c’est un communiqué démago pour faire comme tout le monde, parce que la cause palestinienne est celle des che guevara des temps modernes. Un Etat voyou, détenteur de l’arme nucléaire qui tue 46 soldats sud coréens par un acte de guerre, c’est sans doutes moins terrible que 9 tués par des soldats en état de légitime défense …

    Ensuite dire que refuser le contrôle à Ashod c’était pour éviter qu’Israël bloque un certain nombre de produits c’est juste de la mauvaise foi absolue, vu que de toute façon TOUT LE MONDE savait qu’Israël ne laisserait pas la flotille décharger tranquille. Donc c’était un moindre mal dans l’accomplissement de leur mission, et la seule façon de la mener à bien (mais bon, sans passer aux infos plus de 5 min, alors le choix a été vite fait, j’imagine)

    Ah et Guillaume, le contrôle a été refusé. L’intervention n’était donc pas un contrôle mais bien une tentative d’empêcher la flotille d’accéder aux côtes, intervention rendue légale par le refus même de contrôle. Enfin les civils tués ne l’ont été que du fait de leur propre volonté de résister aux forces d’intervention (ce qui est illégal, tout comme il n’existe pas de légitime défense contre les forces de l’ordre), les bateaux saisis et les passagers arrêtés (et gardés moins longtemps que pour une garde à vue lambda dans notre beau pays …) ne sont que la conséquence de l’illégalité de leurs actions.

  6. sivrissarian andre

    3 juin 2010 à 15:49

    Je suis contre les blocus en général,mais j’essais de faire la part des choses…
    les juifs humanistes du monde entier,ceux d’Israël en particulier,ne peuvent que souffrir de ce qui s’est passé.
    J’ai mis sur mon mur,la condamnation du collectif qui souhaite la disparition d’Israêl .On ne répond pas à l’horreur par l’horreur.
    Prenons garde,la haine est une semence qui lève vite,c’est un poison qu’aucun apprenti sorcier n’a jamais maitrisé.
    Je défends les palestiniens,et je défends la PAIX !!!

  7. Vorian

    4 juin 2010 à 16:34

    @ Alain

    juste pour que ce soit clair, je ne prêche pas pour ma paroisse (quoi que … le légalisme ? :) c’est marrant, vu le titre ça à l’air d’être aussi celle du MJS). Je ne suis pas juif, ne suis pas israélien, ma copine n’est pas juive pas israélienne, je suis juste un français qui est saoûlé par le niveau politique pourri de son pays, où des gens condamne des Etats entier sur la base de textes qu’ils reconnaissent puisque leur pays les a adopté, mais sans même les avoir lu. Quand on condamne quelque chose, on prend la peine de se renseigner pour pas dire des choses qui sont fausses (et surtout pour pas les mettre en titre) : comme quoi il n’y a même pas besoin de s’indigner de la sélection opérée eu égard aux condamnations, juste du niveau lamentable de celles ci.

    Les MJS ne sont même pas sur le fond du débat puisque le blocus est également égyptien, et que précisément, il n’y a pas de débat : c’est une condamnation émotive, en complet décalage avec le droit reconnu par notre Etat, et parfois même construit par lui. J’ai 20 ans et je fais l’effort intellectuel de vérifier un texte quand je l’invoque, et pourtant je ne fais pas de politique. On pourrait croire que ceux qui aspirent à nous gouverner puissent faire l’effort. Parce que oui, on gouverne pas le droit, figurez vous.

    Le MJS peuvent condamner les conditions de vie tant qu’elles veulent à Gaza, je serai le premier à les soutenir. Mais venir nous parler de droit international que personne à la rédaction ne fait l’effort de lire, je trouve ça lamentable. Et forcément, il n’y a pas de débat puisque vous le centrez direct sur un texte qui vous donne tort.

    Ah, et faire la liste des indignations, c’est un bon moyen de constater l’orientation “professionnelle” de leur politique, au sens le plus méprisable de ce mot : on parle de ce qui émeut les gens, de ce qui fait appel à un procédé irrationnel, les émotions, et pas à leur logique, à leur raison, pas forcément des problèmes graves (pourtant j’imagine que le MJS est pas le dernier à condamner les lois émotives made in UMP.) Et on en parle sans même connaître son sujet.

    Bref, vive la scène politique française …

  8. Guillaume Renaud

    10 juin 2010 à 11:37

    Voilà pour les légalistes :
    http://lemonde.fr/proche-orient/article/2010/06/10/israel-a-commis-un-acte-indiscutablement-contraire-au-droit-international_1370280_3218.html

    Pour les autres questions, il suffit de lire attentivement les diverses productions sur ce site relatives à ce sujet pour s’apercevoir que la position des Jeunes Socialistes n’est pas aussi simpliste que décrite ici.

  9. Vorian

    18 juin 2010 à 05:19

    “Le gouvernement peut se justifier en invoquant l’état de légitime défense, mais il faut alors en apporter la preuve.”

    ” gouvernement israélien accuse les membres de la flottille d’avoir eu des comportements agressifs et se réclame de l’état de légitime défense. Dans ces conditions, Israël doit donner à ceux qu’il accuse la possibilité de se défendre et de présenter leur argumentation.”

    Donc M. Sur, ô combien cher au coeur des L1 de notre belle fac, le dit lui même : ce n’est pas le cas (il n’y a pas eu viol du droit international) s’il y a eu légitime défense. Il n’y a pas eu d’enquête pour l’instant. Donc pour l’instant, vous ne pouvez pas dire qu’Israël a violé le droit international. Voilà.

    Pour ceux qui ne comprennent pas ce qu’ils lisent ;)

Réagissez !

Vous devez être connecté pour rédiger un commentaire.