BTS : une soi-disante « rénovation » bien dogmatique !

Le 20 mai 2010, Valérie Pecresse a annoncé 10 mesures pour rénover les STS (Sections de Techniciens Supérieurs). Si cette rénovation prévoit des éléments intéressants concernant l’insertion professionnelle, le Mouvement des Jeunes Socialistes s’inquiète du dogmatisme libéral qui imprègne certaines propositions : la droite revient à son « dada » de l’apprentissage (la moitié des nouvelles sections devront l’intégrer) alors qu’elle restreint les possibilités d’évolution dans une filière pour les étudiants qui s’y engagent.

De plus, Valérie Pecresse souhaite adapter certaines formations à l’économie locale. Cette vieille antenne de la droite, qui avait déjà conduit à la création de filières ultra-spécialisées, enferme les étudiants dans un bassin d’emploi.

Au contraire, pour les jeunes socialistes, la carte et le contenu des formations en BTS doit permettre à tous les jeunes, quel que soit leur parcours et leur origine territoriale, d’accéder et de réussir dans une filière professionnalisante courte. Les jeunes socialistes s’inquiètent du taux d’échec (plus de 50% !) des bacheliers professionnels en BTS. La mise en œuvre des bacs pro en 3 ans dans les lycées professionnels, sans moyens pour l’accompagnement personnalisé, basée sur des programmes trop lourds, va encore aggraver ce taux d’échec.

Les jeunes socialistes demandent une politique ambitieuse pour permettre à tous les bacheliers professionnels, de production comme de service, d’accéder au plus haut niveau de qualification, à travers des moyens importants pour créer un accompagnement et des passerelles efficaces à tous les niveaux de la voie professionnelle. Les suppressions de postes massives et de sections engagées par la droite et le dogmatisme des mesures annoncées remettent en cause le droit à l’avenir des bacheliers professionnels.

Préparez le changement: restez informés!

Commentaires

Soyez le premier à réagir !

Réagissez !

Vous devez être connecté(e) pour rédiger un commentaire.