Droits des femmes au sein de l’Union européenne : la victoire des forces progressistes dans le bras de fer avec la droite

Le Parlement européen a adopté, mercredi 9 février, par une majorité de 381 voix contre 253, un rapport portant sur l’égalité entre les femmes et les hommes.

Malgré le très vaste éventail de thématiques abordé par ce rapport, rédigé par un député socialiste belge, le débat s’est focalisé, tout au long de la procédure, sur la question du droit à l’avortement (IVG). En effet, bien que la quasi-totalité des Etats membres de l’Union autorisent désormais l’interruption volontaire de grossesse, depuis la résolution du 3 juillet 2002, dans laquelle le Parlement européen recommandait aux Etats membres de le légaliser, la majorité conservatrice s’est systématiquement opposée à ce qu’il soit fait mention de l’avortement légal dans les textes européens.

Grâce au travail des forces progressistes, c’est désormais chose faite. Le rapport approuvé la semaine dernière reconnaît ainsi aux femmes le contrôle de leurs droits sexuels et reproductifs, notamment grâce à un accès aisé à la contraception et à l’avortement.

Le MJS se réjouit de voir réaffirmé avec force au niveau européen le droit des femmes à disposer de leur corps car il s’agit d’un droit fondamental pour lequel des milliers de femmes se sont battues et se battent encore en Europe, parfois au péril de leur vie. Cette victoire n’est pas seulement symbolique. Elle est la preuve que la domination de la droite n’est pas une fatalité et que les positions réactionnaires sur laquelle cette dernière continue de se crisper peuvent être combattues avec succès.

Mais ce texte attire également l’attention de la Commission européenne sur de nombreux autres aspects de l’égalité entre les femmes et les hommes, et notamment sur la nécessité de légiférer en matière de prévention et de lutte contre toutes les formes de violence faite aux femmes, d’associer le congé de paternité au congé de maternité, de réviser la législation existante dans le domaine de l’égalité femmes-hommes au travail ou encore d’intégrer la dimension de genre dans le plans de relance visant à combattre la crise économique actuelle.

Préparez le changement: restez informés!

Commentaires

Soyez le premier à réagir !

Réagissez !

Vous devez être connecté(e) pour rédiger un commentaire.