Réinventons l’internationalisme du XXIe siècle

Un défi majeur s’ouvre aujourd’hui aux socialistes, celui d’inventer un nouveau modèle de développement et de promouvoir un système plus juste et solidaire afin d’assurer véritablement la régulation économique et financière, la stabilité mondiale, une croissance stable, durable et partagée. La mondialisation, la dérèglementation, le libre échange absolu ont des conséquences lourdes sur les populations mondiales (crise économique, endettement chronique, explosion des inégalités et de la pauvreté..). Le système capitaliste néolibéral reposant sur les inégalités est un système injuste, non respectueux de la personne, et n’assure en rien l’équilibre nécessaire de l’économie, et ne permet d’atteindre les objectifs d’un développement durable dans toutes ses composantes.

Aussi, l’effondrement de la social démocratie nous montre à quel point elle ne peut répondre efficacement à ces deux objectifs: la transformation sociale mais aussi l’émancipation individuelle et collective des individus. Cette crise s’expliquant en partie par une rupture démocratique de la social démocratie avec les classes populaires, qui ne se reconnaissent plus en celle ci, et par le manque de propositions et d’alternatives ambitieuses émanant directement des partis sociaux démocrates.

Face à ce constat alarmant, il est donc nécessaire de promouvoir une nouvelle alternative, d’inventer des outils nouveaux qui nous permettrons de faire primer sur la scène internationale les valeurs de solidarité, de démocratie et de progrès social! Les Jeunes Socialistes rappellent ainsi leur engagement pour l’émergence d’un nouveau modèle de développement qui contribuera à l’amélioration des conditions de vie des populations mondiales, en refondant l’égalité entre les pays les moins avancés, ceux en voie développement et les pays riches par le biais de véritables politiques de co-développement, notamment à travers un réel partenariat avec les pays africains. Le droit au travail décent est un droit fondamental pour tous les peuples, l’annulation de la dette des pays pauvres les plus endettés est une exigence.

Afin d’éradiquer la pauvreté mondiale, la création d’outils comme un impôt juste et donc d’une fiscalité internationale, des programmes sociaux (sécurité sociale, allocation chômage), sont indispensables. Nous nous donnons également pour objectif d’atteindre 0,7% d’aide publique au développement (le montant de l’aide publique était de 0,39% en 2008). La prise de mesures d’encadrement des marchés et la création d’une taxe sur les transactions financières s’imposent. Pour cela, la transformation et la démocratisation des organisations internationales (FMI, Banque Mondiale, ONU, OMC) fortement contestées aujourd’hui pour leur manque de transparence et de démocratie est une étape primordiale.

Les Jeunes Socialistes entendent ainsi combattre les inégalités et les injustices que nous connaissons aujourd’hui dans le monde en apportant des réponses progressistes afin de promouvoir un nouveau modèle de développement et de changer le système actuel par notre volonté politique.

Préparez le changement: restez informés!

Commentaires

Soyez le premier à réagir !

Réagissez !

Vous devez être connecté pour rédiger un commentaire.