Les Jeunes Socialistes demandent un droit de réponse à RTL suite à la chronique d’Eric Zemmour sur l’IVG

Les Jeunes Socialistes, toujours vigilants quant aux questions du droit des femmes, s’indignent des propos d’Eric Zemmour ce matin sur RTL lors de sa chronique où il dénonce l’avortement en France.

Les propos de M. Zemmour sont particulièrement choquants puisque celui-ci revient sur l’esprit même de la loi Veil. Il déclare ainsi : « On songe, effrayé, que nous avons tous été des foetus: après tout le foetus n’a pas de statut pénal en France, on peut le tuer tant qu’il n’est pas sorti du ventre de sa mère. Bref on se dit rétrospectivement qu’on l’a échappé belle: on a eu de la chance, beaucoup de chance ». En plus d’être inexacts, ces propos, dont le sous-entendu est que la femme qui avorte serait une meurtrière, sont tout simplement insupportable. S’il semble penser que le droit à l’avortement a un impact négatif sur l’économie, il oublie de rappeler les souffrances morales et physiques de millions de femmes avant l’obtention de ce droit, le nombre incalculable de femmes mortes suites à des avortement clandestins.

Après avoir contacté RTL, ces derniers nous ont informé que le Planning familial répondrait demain à Eric Zemmour. Les Jeunes Socialistes considèrent que cette question est éminemment politique et que RTL doit aussi donner la parole aux mouvements politiques afin qu’ils se positionnent très clairement sur cette question. Laurianne Deniaud, présidente du Mouvement des Jeunes Socialistes, s’est dite prête à réagir et à débattre avec M. Zemmour.

Préparez le changement: restez informés!

20 commentaires

  1. watel

    3 février 2010 à 14:58

    Monsieur Zémour n’est pas à son premier discours réactionnaire. A près avoir « dénoncé »une prétendue féminisation de la société et un affaiblissement de la culture traditionnelle, il revient sur l’avortement. Ces propose sont scandaleux mais le censurer n’est peut être pas pertinent. Un bon argumentaire serait de meilleur augure pour lui clouer le bec…

  2. MLM

    3 février 2010 à 15:27

    peut-être M Zemour a-t-il des fantasmes de foetus non désiré ?
    Car c’est bien là le problème : un enfant est un rêve tant qu’il n’est pas viable, il devient une personne le jour où il peut vivre de façon autonome et la question ne se pose certainement pas avant 12 ou 14 semaines.
    Il reste une question toutefois non résolue dans notre société d’égalité : ce sont les responsabilités du père et de la mère sur le rêve d’enfant;
    quelle est la place de l’homme dans la contraception et l’avortement ?
    une femme peut-elle avorter ou garder un enfant sans que le père soit au courant et si oui dans quels cas ou sous quelles conditions?
    un homme peut-il échapper à sa responsabilité parentale quand il a accepté la naissance d’un enfant et porté le rêve au terme ?
    Ne faudrait-il pas généraliser la déclaration conjointe de grossesse avant la naissance, faite souvent par les couples non mariés, afin de garantir à l’enfant la certitude de ses origines ?
    Et la responsabilité d’un parent peut-elle se réduire à des versements financiers ou faut-il l’accompagner d’obligation de rencontres ?
    Toutes questions législatives sur l’égalité homme-femme et le contrat de parents, distinct du contrat de couple, qui mériteraient d’être approfondies

  3. Kevin

    3 février 2010 à 15:48

    Mr Zemmour est l’une des voies du pouvoir actuel. Il s’attaque a tous les acquis sociaux,sa société idéal est celle du second empire. Celle ou ni syndicat ni association n’avait de droit d’existence. Celle ou les femmes étaient soumises a l’autorité patriarchale. Ou l’industrie paternaliste regne sans partage, a chaque lecture de germinal il s’émeut et un sentiment de nostalgie remplie sont être avant que ses paupières ne ce referme il s’exclame demain on va changer tout cela avec Nicolas.

  4. Blob

    3 février 2010 à 17:59

    Vivement l’avortement possible à la 38e semaine…
    Vivement l’avortement possible pour les mineures au sein des établissement scolaires publics, directement à l’inter-cours, sous le portrait de Ségolène (qui est déjà en soi un contraceptif)
    Vivement l’avortement obligatoire pour tous…

    L’avortement considéré comme un acquis social…

    « Vous avez tout à fait raison, ces propos sont honteux et ce genre de discours ne devrait pas avoir sa place sur une radio national et encore moins sur une possédant une telle audience. »
    On est ravi devant un tel aveu d’amour de la liberté d’expression, l’expression démocratique. On est ravi aussi devant une othographe aussi brillante. Pour le scoialiste moyen, il faut être socialiste pour s’exprimer sur une radio (privée en l’occurrence). Que deviendra France Inter lors du retour des socialistes au pouvoir? Radio Pyongyang?

    Qu’on nous débarrasse des avortons socialistes.

  5. Bernard

    3 février 2010 à 19:56

    Zemmour antidroitdel’hommiste, mais pour un statut « pénal » du feotus : zemmour = droitdufeotusiste?

  6. oleole44

    4 février 2010 à 02:05

    Comme disait Desproges « si tout le monde ne parlait que de ce qu’il connait est-ce que le pape parlerait du stérilet de ma belle-soeur »?
    Ne connaissons-nous pas déjà le caractère médiocre (si ce n’est néfaste) de cet homme qui s’octroie le droit de donner son avis sur tout ?
    40% des femmes ont avorté, avortent ou avorteront dans leur vie, est-ce à dire qu’il y a tant d’êtres humains qui l’ont « échappé belle, qui ont de la chance,beaucoup de chance » d’être soustrait à ce genre de propos, à des existences morbides, dans des écoles surpeuplées où il n’y aurait qu’un professeur pour 50 élèves…? Alors que d’autres, confortons l’ignominie de Mr Zemmour ont un statut pénal,sont sortis du ventre de leur mère et n’ont toujours pas de chance….
    Si vous lui répondez n’omettez pas de lui rappeler que 72% des femmes qui avortent utilisent un moyen de contraception, qu’il n’y a toujours pas d’éducation sexuelle fiable dans les écoles et les collèges et que la moitié des jeunes filles pensent qu’elles ne peuvent pas tomber enceinte lors du 1er rapport….et qu’avec tout ça on ferme des centres de plannings familiaux, sans doute parce qu’ils regorgent de dangereuses gauchistes qui osent parler de plaisir, de choix et d’égalité à nos filles!!! Dites à ce monsieur, encore et encore, que ce corps est le nôtre et que nous sommes douées de raison !

  7. Maximae

    5 février 2010 à 19:14

    Très franchement, je ne pense pas qu’Eric Zemmour avec ses propos remet en cause l’ivg. La loi a été votée… une femme qui avorte n’est pas une meurtrière. Jeunes Socialistes, ça ne sert à rien de débattre avec ça, encore moins avec un type comme lui…

  8. Cyprien

    7 février 2010 à 21:13

    Je vous rappelle juste que les propos de Zemour sur le fait quon a tous été des foetus sont tout a fait vrai et je défie quiconque de me dire que c faux!! C la plus stricte des réalités et on peut rien y changer. Ensuite, sur lme statu pénal des foetus, encore une fois, c juste puisquaux dernieres nouvelles, le droit ne condamne toujours pas le fait de tuer un foetus dans le ventre de sa mere ce qui, pour moi, est un crime. Ensuite, sur lavortement en lui meme, je voulais dire simplement que certes, la femme peut disposer de son corps comme tout le monde mais en avortant, c le corps de son enfant dont elle dispose et de plus, avant de dire que lavortement est un droit, réfléchissez aux conséquences et aux vies humaines qui sont en jeu!!!

  9. coupiac

    8 février 2010 à 11:55

    @oleole44 : pensez-vous que ceux qui ont élu Hitler démocratiquement (ou presque) n’étaient pas « doués de raison » ?
    Pensez à la couche « scientifique » mise sur l’extermination finale, sur la conviction imposée à la société allemande que, oui, leur race est supérieure, le nazisme a raison, c’est évident… qui ose dire le contraire? C’est insupportable!

  10. Paola

    8 février 2010 à 21:14

    Chers amis pro-avortement, je ne suis pas spécialement anti-avortement, mais
    désolé il y a quand même des choses que j’ai du mal à comprendre dans vos raisonements, j’aimerais que vous me les expliquiez…

    Vous nous dites qu’interrompre une grossesse, c’est toujours une décision difficile, déchirante…
    En rappelant que le fœtus n’est pas un être vivant et donc qu’il ne peut pas être assimilé à une personne humaine qui est déjà née.
    Soit. Mais je ne comprends pas bien : en quoi est-ce difficile et déchirant de se débarrasser de ce qui ne serait donc, si je vous suis bien, qu’une petite excroissance de son corps ?

    Vous nous dites également souvent que la femme doit disposer librement de son corps…
    En rappelant que l’avortement produira un drame humain et psychologique chez les jeunes filles qui avortent…
    « Drame ». Bigre ! Grands dieux, tout de suite les grands mots ! Tout ça pour de simples petits tas de cellules ?!!!
    C’est donc un drame de disposer librement de son corps ?!
    Et puis si cela produira un drame… pourquoi revendiquer le droit à quelque chose qui produira un drame ???

    Et autre chose, vous nous dites que l’homme est autant responsable que la femme d’un accident de contraception…
    En rappelant que la femme doit décider seule du sort de son fœtus.
    Alors si la femme doit décider seule, ça veut donc dire qu’elle en est la seule responsable, non ?!

    … Décidément je n’y comprends rien de rien, vos arguments pour défendre cette loi sont bourrés d’incohérence et de contradiction !

  11. Fred

    9 février 2010 à 16:42

    Moi il y a quand même quelque chose qui me gêne un peu dans cette loi, c’est que sa créer un « deux poids deux mesures » entre les hommes et les femmes, car si une femme ne veut pas de son enfant elle peut avorter (ou accoucher sous x), alors que dans le même temps si un homme ne veut pas de son enfant on l’oblige quand même à le reconnaitre, car en france une mère peut demander à la justice la reconnaissance de paternité.

    Pourquoi autorise t’-on aux femmes de renoncer à leur maternité alors qu’on oblige les hommes à reconnaitre leur paternité ?!

  12. Sophie

    10 février 2010 à 19:58

    J’avoue être dubitatif sur la question depuis quelques temps. Quelqun aurait il des réponses :

    Que pensez des « socialistes pour la vie », ces socialistes présent à la « marche pour la vie » qui s’est tenue en Janvier dernier et qui veulent que le débat sur l’IVG contraceptif s’ouvre à gauche ?

    J’ai pu discuter avec l’un d’entre eux, aprés avoir cru à un canular, j’ai du admettre que ce n’était vraisemblablement pas le cas. Le plus embettant pour moi dans cette histoire a été que leurs « arguments » m’ont troublé, je dois l’avouer.

    -L’idée de distinguer avortement médical et avortement contraceptif tous d’abord.
    -Constater que la sociologie de l’IVG révèle une inégalité flagrante face à la probabilité d’avorter et ce en fonction de la classe sociale auquelle on appartient.
    -Le fait que l’avortement engendre des traumatismes réels et graves qui sont parfois sous estimés voir volontairement ignoré (ça c’est un constat que j’ai pu faire sur des proches)

    J’avoue avoir quelques doutes …

  13. bonnet célia

    11 février 2010 à 21:01

    cest une honte pour la frace je me suis faite avorter il ya 3 ans cest jamais facile mes sa regarde que les femmes et traiter lesz femmes meurtriere cest une honte

  14. Koltchak91120

    14 février 2010 à 10:01

    Ca, Madame ou Mademoiselle, c’est du grand n’importe quoi.

    En premier lieu, il serait temps de grandir un peu et de jeter dans la poubelle de l’histoire cette stupidité féministe 68arde qui voudrait que l’on soit propriétaire de son corps. Il n’y a en vérité rien de plus faux. Pour être propriétaire de son corps, il faudrait que l’âme, la psyché ou tout autre mot que vous voudrez bien utiliser pour désigner cette partie immatérielle qui fait que vous êtes ce que vous êtes, puisse être distincte du corps, qu’elle puisse continuer d’exister tout en étant détachée de la masse physique, et y retourner à loisir. Or, il n’en n’est rien. Vous êtes votre corps. Je vous engage donc à reprendre l’étude de la philosophie et de l’éthique pour découvrir tout ce que cela implique et qui a été volontairement éludé par les féministes militantes.

    Ensuite, à moins qu’il puisse en être autrement, lorsqu’un homme et une femme s’accouplent, le produit de leur union ne saurait être autre chose qu’un être humain. Quel que soit le degré de son développement, c’est dès le début un être humain, le faire passer comme disaient les tricoteuses, c’est que vous le vouliez ou non un meurtre car jusqu’à plus ample informé c’est ainsi que l’on qualifie le fait d’éradiquer un autre être humain dès lors qu’il n’y a pas consenti. Je comprends que pour des questions de conscience on veuille croire qu’à ce stade le fœtus ne soit qu’un paquet de cellules inertes ,e ressentant rien au même titre que le poisson que l’on a sorti de l’onde dont l’agonie est muette. Posez-vous également la question des droits inaliénables attachés à la personne humaine et expliquez-moi ensuite par quel miracle ils ne seraient pas opérants pour les jeunes êtres à venir mais déjà bien de ce monde.

    Ceci dit, je ne cherche pas à accabler les jeunes femmes d’aujourd’hui. Après tout, elles ne font qu’agir en fonction de ce que leurs ainées ont pu laisser en terme de corpus de réflexion. Ces jeunes demoiselles, et jeunes gens, baignent dans dès leur naissance dans une bouillie relativiste qui plonge un peu plus chaque jour notre société dans une manière de primitivisme. On se scandalise des pratiques spartiates qui éliminaient les nouveaux-nés faibles ou atteints d’une quelconque malformation même bénigne mais on avorte, on cherche à légaliser l’euthanasie. Allez comprendre.

  15. Flocon

    22 mars 2010 à 22:15

    @ coupiac. Point Godwin au premier message. Seigneur quelle argumentation!!!

  16. Coupiac

    23 mars 2010 à 09:00

    @Flocon. Si mon argumentaire ne vous plait pas (il est vrai qu’il est court) permettez moio de l’expliciter: l’avortement (et la loi Veil) part des meilleurs intentions pour arriver au pire; cette « couche » de compassion a en fait généré bien plus de souffrance – mais c’est un sujet tabou en France, on refuse de voir la souffrance des femmes et d’accepter la réalité de ce qui est fait dans leur ventre (êtes-vous allé voir le film « La rafle » au cinéma ces dernières semaines? Le parallèle est saisissant). Mais laissez-moi donner la parole à d’autres qui expliqueront cela bien mieux que moi :

    http://www.libertepolitique.com/respect-de-la-vie/5841-enquete-sur-le-traumatisme-post-avortement

    http://www.zenit.org/article-23810?l=french
    http://www.economist.com/opinion/displaystory.cfm?story_id=15606229

  17. Sophilene

    9 décembre 2010 à 12:46

    Je suis ravie de voir qu’il y a des « Socialistes pour la vie », j’ai découvert ça ce matin, ça m’évitera peut-être de basculer un jour à droite. A chaque fois que je dois voter, je suis partagée. La droite, que je déteste, défend le premier des droits: celui de vivre. D’exister. Si on n’a pas ce droit-là, que faire des autres droits?
    Il est évident que l’amour du confort (et du conformisme) et la pression économique font beaucoup pour que de nombreuses femmes fassent « passer » l’enfant qu’elles portent. Et qu’on a tous été des embryons, et qu’on aurait pu y passer. Ca tombe sous le sens. Zemmour dit des évidences. En revanche je suis un peu consternée par le « niveau » des premiers commentaires… Depuis quand la défense de droit d’exister est-il un combat digne du 2d empire???

  18. Sophilene

    9 décembre 2010 à 12:48

    On ne me sure pas toujours que pour beaucoup, le militantisme pro-IVG et pro-euthanasie est un obstacle au vote à gauche… et pour ma part, si le PS n’évolue pas sur ces points, je me verrai contrainte de passer au centre…

  19. Msakass

    18 avril 2011 à 21:29

    Personnellement, je n’aime pas trop cette opération, l’avortement, cela est due a mes convictions,la vie d’un futur d’un bébé est comme même en jeu. Cela étant je suis contre l’interdiction de l’avortement, puisque cela entrainerait des avortements clandestins, donc des infections, des maladies, des morts… Comme ce fut le cas avant que Simone Veil propose la loi malgré les critiques, et grâce à elle la loi est passé. Après, pour les propos d’Eric Zemmour, je pense qu’il n’a pas totalement tor, la femme qui avorte met en jeu une vie, et cause la mort d’un futur bébé. Cela étant, si une femme souhaite avorter, cela reste son choix, et son Droit. Interdire une femme d’avorter serait je le répète augmenter les avortements clandestins…

  20. Richard

    12 mai 2011 à 21:33

    Certes, la légalisation a permis d’en finir avec l’horreur des avortements clandestins, et en cela on ne peut lui en être que reconnaissant.

    Mais tout de même, j’ai l’impression qu’aujourd’hui avoir un enfant est une maladie et que l’avortement est devenu aussi courant qu’une consultation chez le dentiste. Un enfant, quoi qu’on en dise, c’est un être humain qui a comme tout le monde le droit à la vie. L’enfant n’est pas une plaie ou une carrie. Et, d’où qu’il vienne, qui qu’il soit, nul n’est en mesure de dire de lui: « celui-là n’a pas le droit de vivre ».

    Avorter, est-ce donc vraiment disposer de son propre corps? Ne dispose-t-on pas à travers cet acte de celui d’un autre?

    Après, il est évident qu’appeler « meurtrières » les femmes qui avortent tient de l’excès. Si la mère est vraiment sûre de son choix, il faut respecter ce dernier, et faire en sorte que l’opération, déjà assez dure psychologiquement, se passe au mieux. De même, les arguments de M. Zemmour selon lesquels nous sommes des « rescapés » sont assez moyens.

    L’avortement légal ne doit pas conduire à une désacralisation de la vie humaine. N’oublions pas que ce n’est pas un acte banal.

Réagissez !

Vous devez être connecté(e) pour rédiger un commentaire.