Ouganda : mobilisation contre la loi “Anti-Homosexuality”

La proposition de loi du 13 octobre, dite «Anti-Homosexuality Bill 2009 » qui doit être votée en Janvier 2010 en Ouganda, prévoit des peines d’emprisonnement à vie pour les homosexuels et des peines de mort pour les homos séropositifs, accusés alors d’homosexualité aggravée. Ce projet de loi, ouvertement homophobe, propose de « mettre fin à l’homosexualité » jugée « répugnante » et « contre-nature ».

Cette loi envisage également trois années d’emprisonnement pour toute personne ne dénonçant pas à la police l’homosexualité d’une personne dans les vingt quatre heures, ainsi qu’une sanction de sept ans d’emprisonnement pour toute implication, même mineure, dans la cause des LGBT.

Grâce à l’indignation et la mobilisation de nombreux chefs d’état, de diplomates et d’associations, le ministre ougandais de « l’éthique et de l’intégrité », James Nsaba Buturo, s’est déclaré mercredi 9 décembre être prêt à revenir sur cette loi, en supprimant les deux peines les plus importantes initialement prévues : la prison à vie et la peine de mort.

Cette proposition de loi, même modifiée ou redéfinie, n’en reste pas moins insupportable. Celle-ci considère l’homosexualité comme un délit grave, remet au goût du jour l’amalgame nauséabond entre l’homosexualité et le virus du VIH, et encourage la haine et la délation envers les homosexuels et les personnes séropositives.
Enfin, au delà même de l’Ouganda, le Mouvement des Jeunes Socialistes s’inquiète du message que pourrait véhiculer une telle loi dans de très nombreux pays tentés par des dérives homophobes.

Pour toutes ces raisons, Le Mouvement des Jeunes Socialistes encourage l’Etat Français, l’Union Européenne, et les ONG à faire tout leur possible pour que le gouvernement Ougandais retire cette loi contraire aux principes les plus élémentaires de la déclaration universelle des droits de l’homme, et réaffirme son soutien dans le combat pour la dépénalisation de l’homosexualité à l’ONU, encore refusée par une soixantaine de pays, dont la Chine, la Russie, le Vatican, ainsi que de nombreux pays arabo-musulmans et africains.

Préparez le changement: restez informés!

2 commentaires

  1. Octopus

    6 juin 2010 à 11:56

    Ouganda, ca n’est pas en France. Chercher a influencer une décision d’un autre gouvernement ca s’appelle de l’ingérence et c’est une violation de la souveraineté nationale. Je me trompe?

    Droit d’ingérence: doit être donné par une organisation supranationale je crois.

  2. CANO Anthony

    8 août 2010 à 03:12

    “droit d’ingérence”??? comment peut on être assez insensible pour parler de droit d’ingérence dans un cas pareil ? Peut être que Mr Octopus ne se sent pas concerné. Tant mieux pour lui si ca le rassure. Mais peut être que s’il vivait dans un pays ou on peut le tabasser ou l’emprisonner à vie pour son identité quelle qu’elle soit, Mr Octopus serait content qu’il y ait un droit d’ingérence non ?

Réagissez !

Vous devez être connecté pour rédiger un commentaire.