La carotte de Créteil, à quand le bâton pour se faire battre ?

Cette semaine, le recteur de l’Académie de Créteil a lancé une nouvelle expérimentation visant à « réduire l’absentéisme scolaire ». Une cagnotte, d’abord fixée à 2000 euros sera abondée tout au long de l’année pouvant atteindre 10000 euros si les élèves respectent les règles d’assiduité et de comportement. Si l’objectif d’assiduité est rempli, la classe pourra s’offrir en fin d’année un voyage ou le Code de la route. Les établissements concernés sont les lycées professionnels Lino-Ventura à Ozoir-la-Ferrière (Seine-et-Marne), Gabriel-Péri à Champigny (Val-de-Marne) et Alfred-Costes à Bobigny (Seine-Saint-Denis).

A Marseille, pour motiver ses quelque 600 élèves, le lycée professionnel Mistral , dans le VIIIe arrondissement, a décidé d’octroyer tous les mois à la classe ayant le plus faible taux d’absentéisme des billets pour aller voir l’Olympique de Marseille au Vélodrome.

Orientation subie et non choisie, salariat lycéen, établissement trop éloigné du domicile et manque de places dans les internats… Une nouvelle fois les véritables causes de l’absentéisme ne sont pas traitées. La droite montre qu’elle est incapable de trouver des solutions pour permettre aux élèves de s’épanouir dans leur scolarité, réussir et accéder à leur autonomie. Elle démontre là son incompréhension totale vis-à-vis de la jeunesse, et sa vision conservatrice de l’éducation, pensant que seul l’appât du gain est une source de motivation suffisante pour étudier.

Face à ce constat d’échec, le MJS réaffirme sa volonté de démocratiser le système éducatif. Il est urgent d’investir massivement, de replacer l’élève au centre de ce système et de favoriser la réussite de chacun.

Cette année, 13500 postes ont été supprimés dans l’Education Nationale sous prétexte qu’il fallait faire des économies, comment se fait-il que tout d’un coup, une expérimentation pouvant coûter jusqu’à 290 millions d’euros soit lancée ?

Pourquoi le Ministère n’a-t-il pas doté les établissements scolaires du second degré de Conseillers Principaux d’éducation, dont le rôle est de lutter contre l’absentéisme, le décrochage, et de placer les élèves dans les meilleures conditions de vie individuelle et collective, et de contribuer à leur réussite et à leur épanouissement ?

Pourquoi le Recteur d’Académie de Créteil a-t-il lancé dans le plus grand secret une autre expérimentation visant à fusionner les CPE et les COPSY en un seul corps : les Responsables d’Etude ?

Nous appelons le Ministre de l’Education Nationale à retirer toutes ces mesures consuméristes et contraires aux valeurs de l’Ecole Républicaine et de se lancer, enfin, dans la voie de la démocratisation de la réussite !

Préparez le changement: restez informés!

Commentaires

Soyez le premier à réagir !

Réagissez !

Vous devez être connecté pour rédiger un commentaire.