Marche des fiertés 2009 à Paris

Après les marches de Bordeaux, Lille, Lyon, Montpellier, Nancy, Rennes, Strasbourg, Toulouse et Tours dans lesquelles les socialistes ont dignement été représentés, celle de Paris a lieu aujourd’hui.

La marche Parisienne partira de Montparnasse pour un départ prévu à 14h de la place du 18 juin 1940, puis Boulevard du Montparnasse, Boulevard St-Michel, Boulevard St-Germain, Pont de Sully (Octroi),Boulevard Henri-IV, pour se terminer place de la Bastille.

Nous vous donnons donc rendez-vous au n°12, boulevard Montparnasse pour le départ de la marche des fiertés.

Le char du PS / MJS / HES sera en 33ème position sur les 70 chars qui participeront cette année. Pour nous retrouver au cours de la journée, le char du PCF se trouvera devant nous et derrière le char PS / MJS / HES défileront le CAELIF (Comité des associations étudiantes LGBT d’Île-de-France).

Fière-e-s de nos luttes, et fièr-e-s d’être socialiste venez manifester avec les nous le samedi 27 juin 2009 à la Marche des fiertés.

————-

Ci dessous et ci joint le tract HES/ MJS/ PS qui y sera distribué:

ÉGALITÉ DES DROITS!
FACE À LA DROITE, DES RÉPONSES DE GAUCHE

L’ouverture du mariage aux couples de même sexe et la reconnaissance de l’homoparentalité sont les prochaines étapes de la très longue marche des fiertés lesbiennes, gays, bi et trans.

Cette marche a débuté dès les années 1960. Elle nous a conduits, avec François Mitterrand en 1981, à la fin de la répression des homosexuels. Elle nous a menés au pacs en 1999.

Malgré l’hostilité de la droite et de Nicolas Sarkozy, nous poursuivrons cette marche, jusqu’à l’égalité concrète entretous les couples.

L’ouverture du mariage aux couples de même sexe et la reconnaissance de l’homoparentalité ont fait l’objet de propositions de loi déposées par les socialistes à l’Assemblée nationale. La gauche les a déjà mises en oeuvre dans plusieurs pays européens.

Nous voulons, pour notre société, que triomphent les valeurs de notre République laïque : la liberté de choisir sa vie, l’égalité entre tous, la volonté de vivre ensemble.

Depuis 1983, HES (Homosexualités et Socialisme) est fière d’avancer, avec les militants et les élus socialistes, dans cette marche de l’égalité des droits.

PROPOSITIONS D’HES

Lutter contre l’homophobie, la lesbophobie et la transphobie

La violence des parents, des voisins, des collègues de travail, des représentants de la République, menace en France les lesbiennes, les gays, les bi et les trans. Cette violence, directe ou indirecte, conduit à la perte de l’estime de soi, rend vulnérable devant les risques de suicide et affaiblit la vigilance à l’égard des infections sexuellement transmissibles.

Pour que la violence recule, l’homophobie, la lesbophobie et la transphobie doivent être dénoncées dès l’apprentissage du civisme à l’école. La lutte contre les discriminations fondées sur l’orientation sexuelle ou l’identité de genre doit faire l’objet d’obligations contraignantes pour les employeurs. Les persécutions commises par les États étrangers doivent être fermement dénoncées et combattues.

Ouvrir le mariage à tous les couples.

L’union libre, le pacs et le mariage offrent aux couples la liberté de choisir entre différents types d’engagements, entre différents niveaux de devoirs et de droits. Le pacs est ouvert à tous les couples. C’est un statut à préserver et à améliorer,en matière d’inscription à l’état civil, de régime des biens, de droits sociaux, de droit au logement,
de droit au séjour et de droits du conjoint survivant. En refusant de reconnaitre par le mariage les couples de lesbiennes et de gays, la République institue une discrimination.

Reconnaître toutes les familles

Chaque famille, quelle que soit l’orientation sexuelle ou l’identité de genre des adultes qui la composent, doit se voir reconnaitre le droit de construire son avenir et celui de ses enfants selon les règles de droit commun.

Tous les projets familiaux doivent pouvoir être entendus, sans discrimination, dans le cadre de la procédure d’adoption comme dans celui de l’assistance médicale à la procréation (insémination par donneur, gestation pour autrui).

Reconnaître les droits des trans

L’identité de genre doit être intégrée, au même titre que l’orientation sexuelle, dans tous les textes prohibant les discriminations. Le parcours de changement de sexe ne doit plus dépendre de l’opinion d’un psychiatre que la personne trans n’a pas choisi.

retrouvez HES sur: [www.hes-france.org->www.hes-france.org]

Préparez le changement: restez informés!

Commentaires

Soyez le premier à réagir !

Réagissez !

Vous devez être connecté pour rédiger un commentaire.