Une salle de consommation à moindre risque à Paris ?

Les résultats de la réduction des risques liés à l’usage de drogues sont aujourd’hui incontestables. Elle a permis de faire baisser le nombre d’overdoses et le taux de prévalence VIH chez les usagers de drogues. Mais l’explosion des contaminations par l’hépatite C , avec des taux allant de 70% à 90% chez les injecteurs qui fréquentent les structures de soins, montrent qu’il est aujourd’hui nécessaire d’étendre cette politique. À elles seules, les hépatites B et C sont responsables de 8000 contaminations et 4000 morts par an, dont une majorité sont des usagers de drogues.

La Commission Nationale addiction, réunie en assemblée plénière le 12 mai 2009, a émis un avis défavorable sur le plan Hépatites qui lui a été présenté. Nos associations considèrent également que ce plan n’est pas à la hauteur de l’urgence de santé publique que présentent les hépatites, en particulier chez les usagers de drogues :
au niveau économique, son montant, 4 millions d’euros par an, ne correspond même pas au coût de la prise en charge de 200 personnes contaminées par le VHC (estimation),
au niveau opérationnel, il ne reprend aucune des propositions concrètes des associations que l’Etat avait pourtant consultées.

L’une de ces propositions est la mise en place de salles de consommation à moindre risques dans les grandes villes françaises, hauts lieux de consommation, notamment des usagers les plus précaires. De telles salles de consommation offrent plusieurs avantages :
la sécurité sanitaire pour les usagers de drogues : elles leur donnent accès à un espace calme, propre, encadré par une équipe de professionnels (médecins, infirmiers, travailleurs sociaux, etc.) qui permet de réduire les risques sanitaires liés à l’injection (VIH, hépatites, infections, septicémies, surdoses…).
la sécurité et la tranquillité pour les habitants des quartiers concernés : l’existence d’un tel lieu permet de réduire la consommation de drogues dans les espaces publics et les cages d’escaliers, et de diminuer la dispersion des déchets potentiellement contaminés (seringues).
un outil privilégié pour les professionnels : ces espaces permettent de rentrer en contact avec les personnes ayant le plus de difficultés à entamer un parcours vers les soins, d’être au plus proche des pratiques et des réalités des usagers, et d’y apporter des réponses adaptées.

Pour lutter contre l’épidémie d’Hépatites et arrêter l’hécatombe, il faut maintenant que les pouvoirs publics dépassent leurs réticences et leurs préjugés. Il faut qu’ils acceptent d’expérimenter des réponses pragmatiques telles que le programme d’Education aux Risques Liés à l’Injection développé par Médecin du Monde, et les Salles de Consommation à Moindre Risques qui ont fait leur preuve dans les grandes villes de Suisse, d’Espagne ou d’Allemagne.

Cette démonstration est un premier pas pour les convaincre.

Dossier de presse
Adresse de l’Association Asud :
206, rue de Belleville – 75020 Paris
Tel :01 71 93 16 48 – 01 43 15 08 00
Mail : asud@club-internet.fr
Métro : Jourdain ou Place des fêtes (11)

Contacts Presse :
Pierre Chappard (Asud) : 06 63 55 65 54
Jean-Pierre Couteron (Anitea) : 06 03 44 60 38
Jean-Louis Bara (Safe) : 06 73 73 41 65
Emmanuel château (Act Up – Paris) : 06 76 22 51 17
Michèle Sizorn (Sos Hépatites Paris) : 06 60 27 11 29
Elisabeth Avril (Gaïa) : 06 69 47 60 28

Pour plus d’informations :
www.salledeconsommation.fr

Les premiers signataires de l’action
– Pr Lowenstein William – SOS Addictions (Président)
– Pr Reynaud Michel – Département de Psychiatrie et d’Addictologie à l’hôpital universitaire Paul Brousse
– Robinet Stéphane – Pharm’Addict (Président)
– Dr Morel Alain – Opélia (Psychiatre et Directeur Général)
– AFR : Association Française de Réduction des risques
– MJS – Mouvements des Jeunes Socialistes
– Emergences Caarud 77 Nord
– Caarud/CSST Nova Dona
– Coppel Anne
– Dr Lebeau Bertrand
– Dr Lhomme Jean-Pierre – Gaïa (Président)
– Dr Michel Laurent – Assistance Publique Hôpitaux de Paris (Psychiatre, Addictologue)
– Autrement RDR
– Asud Nimes
– CAARUD/ ACT YOZ : SOS hépatites Champagne Ardenne
– Lelong Marine
– Biedermann Bruno
– Cottard Ségolène – Alinéa-Oppelia, Le Havre (éducatrice)
– Pourchon Fabienne
– SidaParoles – Caarud
– Debrus Marie (pharmacien)
– Akoka Stéphane – CAARUD Entractes Nice (Chef de Service)
– Giorni Nicolas – CAARUD Entractes Nice (educateur spécialisé)
– Mouton Jean-François – entractes.mobile (educateur)

Préparez le changement: restez informés!

1 commentaire

  1. Defiplanète

    19 février 2010 à 15:51

    Permet de reduire la consomation de drogue dans les espaces publics !?
    A ce qu’il me semble , il est interdit par la loi de fumer dans un lieu public.

Réagissez !

Vous devez être connecté(e) pour rédiger un commentaire.